Histoires Insolites



Sommaire thématique
Autour des jeux Bizarre Escrocs - Arnaques - Canulars Extraterrestres Légendes urbaines - Rumeurs Mystères Paranormal

Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...


Ecrire à Chantal  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile

Mystères - Cannibalisme






Surnommé 'le cannibale japonais' par la presse internationale, Issei Sagawa 32 ans étudiant à la Sorbonne à Paris (France) tue et mange le 11 juin 1981 une étudiante hollandaise de 25 ans, Renée Hartevelt.

L'affaire proprement dite commence comme une banale histoire d'amour non partagée. Issei Sagawa est amoureux de Renée Hartevelt.
'Nous nous rencontrions souvent à la faculté, dira Issei Sagawa. Elle venait de temps en temps chez moi ou bien je lui rendais visite dans sa chambre, rue Bonaparte. J'étais très amoureux de Renée'.
La jeune Hollandaise, quant à elle, n'éprouve que de la sympathie pour ce jeune homme qu'elle trouve réservé et incapable d'avoir un geste déplacé. Aussi, est-ce sans méfiance qu'elle se rend cet après-midi fatal dans le studio d'Issei, rue Erlanger dans le 16e arrondissement à Paris.
Les circonstances de son assassinat vont être relatées sans réticence aucune par le meurtrier immédiatement après son arrestation.
A le croire, il se serait lancé dans une vibrante déclaration d'amour qui aurait été repoussée par des éclats de rire. Blessé et ulcéré, il empoigna son 22 long rifle chargé et tua la jeune étudiante d'une balle dans la nuque. Jusque-là, il s'agit d'un banal crime passionnel.

Mais tout bascule quelques minutes plus tard lorsque Issy Saga déshabilla le cadavre et enfonça les dents dans son postérieur. Incapable d'en rompre la peau, il entreprit de découper le corps à l'aide d'un couteau électrique. Tel un boucher il le démembre, choisit les morceaux destinés à sa consommation immédiate et ceux destinés à une préparation différée. Certains sont cuits et cuisinés, d'autres ingérés crus en raison de la valeur symbolique qu'il leur porte. 'Avant de séparer la tête du corps, précise-t-il, au moment où je commençais à séparer la chair des os, j'ai mangé ses lèvres, sa langue et le bout de son nez. Il ajoutera aussi que le goût lui rappelait la chair du thon et que l'expérience lui procurait une extrême excitation sexuelle'.
Entre chaque phase de son travail de dépeçage, il pose son couteau pour saisir son appareil photo et prendre des clichés.
Le lendemain, vendredi 12 juin au matin, il va acheter dans un supermarché du quartier deux valises en carton bouilli. Il attend la nuit pour appeler un taxi. Un de ses voisins, réveillé par la voiture, le voit embarqué avec l'aide du chauffeur ses encombrants bagages. Il est surpris de le voir revenir une heure plus tard traînant son encombrant bagage. Le meurtrier en fait ne s'était pas décidé : où donc jeter les ordures ? Nouvelle tentative le lendemain matin, samedi 13 juin. Nouvel échec. Le soir du même jour, c'est un nouveau départ pour le bois de Boulogne avec pour objectif de jeter ses funèbres colis dans le lac.
Mais voilà un couple de promeneurs tardifs observe le manège de Sagawa. Soudain, pris de peur, il abandonne ses valises sanglantes dans un taillis et s'engouffre dans un taxi. Le couple s'approcha des bagages abandonnés et stupeur, l'une des valises contenait le torse démembré et décapité d'une jeune femme, l'autre ses bras, ses jambes et sa tête.

Grâce au chauffeur de taxi facilement identifié la police retrouva rapidement l'asiatique.
Le lundi 15 juin, les hommes du commissaire Foll arrêtèrent donc Issei Sagawa à son domicile. Ils y découvrirent la carabine ainsi que des morceaux de chair humaine dans des assiettes alignées dans le réfrigérateur.
Transféré au quai des Orfèvres, Sagawa raconte avec force détails son meurtre, le dépeçage et ses repas cannibales.
- J'étais heureux, c'était vraiment bon, mais il y avait trop à manger, beaucoup trop et j'ai ressenti une sorte d'écœurement.
- Je ne pouvais pas tout manger le même jour. J'ai imaginé planter sur les différents quartiers cuisses, fesses, ventre, seins de petits drapeaux comme ceux utilisés dans les restaurants pour désigner les différents morceaux de viande, filet, faux-filet, rumsteck...
- Depuis longtemps j'avais une envie étrange, l'envie de manger une jeune fille. Manger cette fille c'était une expression d'amour. Je voulais sentir en moi l'existence d'une personne que j'aime.
Dès la fin des premiers interrogatoires, les policiers sont persuadés d'avoir affaire à un profond déséquilibré. Ils soulignent toutefois la grande lucidité des aveux. Le juge d'instruction chargé de l'affaire désigne des psychiatres. Issei Sagawa les reçoit régulièrement dans sa cellule et multiplie les confidences. Après 15 mois d'examens psychiatriques, les trois experts psychiatres ont conclu à l'irresponsabilité pénale de Sagawa.
Le 30 mars 1983, le juge Bruguière prononce un non-lieu. Le lendemain de ce verdict, Issei Sagawa est transféré à l'hôpital psychiatrique Henri-Collin à Villejuif, en attendant la clôture administrative de la procédure judiciaire. Celle-ci sera close le 13 mars 1984 par un arrêt de la Cour de Cassation qui confirme définitivement l'irresponsabilité du jeune homme. Reconnu non coupable aux yeux de la loi française, rien ne s'oppose à ce qu'il retourne au Japon. Ce qu'obtint facilement sa richissime et influente famille.
Le 21 mars 1984, le 'cannibale japonais' est de retour à Tokyo. Il est emmené dans un hôpital psychiatrique d'où il sera libéré sans autre forme de procès ni de soins en août 1985 soit 4 ans après son crime !!!


Que faut-il en penser... à vous de juger !



Date de création : 16/01/2008 » 14:47
Dernière modification : 21/07/2011 » 08:38
Catégorie : Mystères
Page lue 23442 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


Réactions à cette histoire


Réaction n°17 

par DANYBOY le 25/10/2009 » 04:22

hahaha salut ! je veux pas vous parler de ce cas précis mais j'ai été dans les contrées reculées de la Sibérie, genre de village avec un nom imprononçable pour nous. et j'ai été témoin oculaire d'une scène qui me dégoûte totalement. un foetus qui est mort dans le ventre de sa mère mais à l'air libre et dans une marmite. y paraît que c'est très très rare d'avoir la chance de goûter à de la viande humaine (a oui ? je le savais pas :)) bref eux on tout simplement ôté le bébé à sa mère (bébé mort-né) ils l'ont cuisiné comme si de rien n'était... j'étais dans la pièce et j'ai assisté au repas (en m'abstenant de manger bien sur) mais ça sentait vraiment mais vraiment mauvais... mais eux considérait ça comme une spécialité locale... j'en fais des cauchemars encore aujourd'hui même si je sais que le bébé est mort né !


Réaction n°16 

par vero le 30/09/2009 » 16:07

eh cheung et tenshiroi vous qui etes des niaks

ca devrait pas vous deplaire a vous des sushis humains


Réaction n°15 

par pascal le 30/09/2009 » 16:01

facile de dire ouai faut pas qu'il vive

faut le tuer

remettre la peine de mort a tous ces pisse-vinaigre je dis vous qui avez l'air d'avoir le monopole de la justice je dis que vous etes tous des criminels en puissance.

oui

il y a plus dans vos reactions de vengance pour l'auteur que de compation pour la victime. c'est eloquent

evidement qu'il jouisse de notoriete est archi anormal

ce mec est dement

il a agit sur un acte de demence

si on en croit declenche par un echec amoureux qui peut nous rendre fous tous autant que nous sommes.


Réaction n°14 

par barefot le 27/07/2009 » 17:37

Cette vieille histoire illustre le fossé entre les civilisations. Le cannibalisme exprime le dégout à nos yeux de "civilisés" qui sommes prêts à tout pour de l'argent, y compris écraser nos semblables. Moi, je ne vois pas le mal à tuer pour manger ; mieux vaut cela que tuer pour voler. Si seulement vous aviez goûté...


Réaction n°13 

par cheung le 08/06/2009 » 22:34

franchement ce gars est un danger publique à éviter si possible !!


Réaction n°12 

par Lest4 le 09/01/2009 » 17:40

J'ai fait quelques recherches rapides et il semblerait que cette histoire soit totalement véridique. De plus, j'ai trouvé qu'il avait subit un second procès dans son pays natal où il avait été reconnu apte à subir son procès mais ayant été acquitté en France il a bénéficié d'un vide légal et a donc été libéré. C'est tout à fait honteux !  Il est même devenu populaire dans son pays où on l'a, entre autres, engagés dans des Pub de restaurants. Il a aussi écrit plusieurs livres et joué dans des films érotiques. C'est tout à fait révoltant, non seulement est-il libre mais son geste lui a rapporté fortune et gloire.

Je souhaite qu'un autre désaxé dans son genre lui rendre la pareille et lui fasse subir d'innombrables supplices. C'est un vrai psychopathe et il ne devrait même pas avoir le droit de vivre mais le pire c'est qu'il vit mieux que la majorité des êtres humains de la planète, c'est ridicule !!

Je pense encore à la pauvre famille de cette victime... si j'étais le père ou le frère de cette pauvre fille je vous garantis que j'irais moi-même lui régler son compte puisque la justice s'est vue ridiculisée dans ce cas...

Espèce de con !


Réaction n°11 

par Lest4 le 09/01/2009 » 17:27

Si cette histoire est vraie il est honteux que ce malade mental ait pu retrouver la liberté. On aurait du l'interner à vie et non le laisser retourner dans son pays natal où il déguste probablement d'autres personnes... la loi est tellement stupide parfois... a-t-on songé quelques instants à cette pauvre fille et à sa famille qui ne pourra jamais oublié de quelle façon elle est morte. Responsable légalement ou non il aurait du rester enfermé le reste de ses jours car il représente vraiment une menace pour la population !


Réaction n°10 

par Tenshiroi le 05/01/2009 » 23:02

Ta liberté s'arrête où celle d'autrui débute. Cette jeune femme avait la liberté de vivre et il n'avait pas la liberté de lui ôter ce droit. Cet homme était responsable et lucide, il n'aurait pas du pouvoir s'en sortir si facilement.
"O liberté, que de crimes on commet en ton nom !" Voltaire


Réaction n°9 

par miasse le 26/11/2008 » 16:33

franchement il n'est pas normal qu'il continue à vivre librement alors que cette pauvre jeune fille est à 6 pieds sous terre ce doit être dur pour ses parents car le coupable de la mort et de la profanation du corps de leur fille n'a pas été puni


Réaction n°8 

par Bakokalo le 10/10/2008 » 11:04

Je pense que la peine de mort doit être maintenue pour punir des personnes de la trempe de ce fou. A voir la façon dont il a exécuté son crime et le plaisir qu'il dit en avoir rétiré, il ne mérite pas de vivre. N'en déplaise aux défenseurs des droits de l'Homme : celle qui est morte n'avait-elle pas le droit de vivre ?


Réaction n°7 

par vai le 12/09/2008 » 22:52

de nos jours ce sont les psy qui devraient consulter parce qu'ils sont encore plus tarés que ces malades laisser un tel assassin en liberté c'est vraiment irresponsable, il savait ce qu'il faisait je ne crois pas que ce japonais soit aussi bete.


Réaction n°6 

par oana le 06/09/2008 » 21:19

pensez que ce cannibale vit libre au Japon, sans soins, il a maintenant 60 ans et a peut-être recommencé à assouvir ses fantasmes en tuant et mangeant des jeunes européennes qui ne demandaient qu'à vivre.....


Réaction n°5 

par sundae le 31/07/2008 » 23:12

"il fait ce qu'il veut" heuu... faudrait pas abuser quand même ! le gars a mangé cette fille par amour ?! il est clairement déranger, certains essayent encore en offrant des fleurs, des bijoux, des chocolats, deviennent même depressifs mais lui à decider de la bouffer ! Imagine que se soit quelqu'un de ta famille et tu rigoleras beaucoup moins ! l'exemple de la petite amie est bien aussi...


Réaction n°4 

par Wendy le 01/07/2008 » 12:01

Il ne peut pas faire ce qu'il veut car il vit en communauté. Imagine que cette pauvre fille ai été ta petite amie Roger ; penserais-tu la même chose ?
On peut pardonner mais sachez que pardonner n'est pas forcement donner raison pour l'acte accompli. mad confused


Réaction n°3 

par Michel le 03/05/2008 » 08:55

A l'heure acuelle, il vit toujours dans son pays où il est une véritable star grâce à son histoire.

Etonnant non !


Réaction n°2 

par lilli le 14/02/2008 » 12:00

oui bof !

Faire des folies ok mais là c'est plus "des folies" mais de la folie !

On peut faire ce que l'on veut mais quand il s'agit de la vie de quelqu'un d'autre je suis pas d'accord !

La jeune fille aurait aimé elle aussi faire ce qu'elle voulait !

Et là franchement se mangeer entre être humain je trouve ça pire que bestiale car même les animaux ne se mangent pas entre propre espèce, on ne verra pas un lion dévoré un autre lion. Alors normal ou tarré ??? J'opte pour le 2nd


Réaction n°1 

par roger le 22/01/2008 » 20:40

et alors il fait ce qu'il veut, ca nous arrive à tous de faire quelques folies.


DébutPrécédent [ 1 2 ] SuivantFin

Lettres à Enigmes
Pour info... Envois limités à 5 ou 6 lettres par année

Inscription

Désinscription


Boîte à Enigmes
Enigme 01 : Enigme 02 : Enigme 03 : Enigme 04 : Enigme 05 : Enigme 06 : Enigme 07 : Enigme 08 : Enigme 09 : Enigme 10 : Enigme 11 : Enigme 12 : Enigme 13 : Enigme 14 : Enigme 15 : Enigme 16 : Enigme 17 : Enigme 18 : Enigme 19 : Enigme 20 : Enigme 21 : Enigme 22 : Enigme 23 :




^ Haut ^

  GuppY v4.5.19 © 2007-2015 - Licence Libre CeCILL