Texte à méditer :   Les gens sans imagination ont besoin que les autres mènent une vie régulière.   Joseph Joubert

Les 3 dernières histoires

Rudolph Fentz, voyageur temporel accidentel - le 08.06.2022 » 11:32 par Chantal_Belgique



Times Square, 23h15, un soir de juin 1950. Malgré l'heure tardive, la ville est animée, c'est un soir d'été. La foule se presse dans le centre ville, les spectateurs sortent des théâtres et les berlines se croisent et se recroisent au rythme des feux de circulation. Au milieu de la foule, un homme élégant, âgé d'une trentaine d'années, semble désorienté et complètement hors du temps. Sa particularité : il est vêtu de vêtements anciens. Très anciens : chapeau haut de forme, long manteau noir, jaquette, pantalon à carreaux noirs et blancs, souliers montants à boucle. Une allure du 19ème siècle. Au milieu de ce chahut, il traverse la rue, se fait renverser par une voiture et meurt sur le coup. Mais qui était-il ?


On transporte le corps à la morgue. Son allure anachronique étonne le personnel. On procède dès lors à une fouille de ses affaires. Et le mystère reste total. Cet homme porte sur lui des objets qui sortent du passé mais qui ne présentent aucune trace d'usure...
- Un jeton de cuivre d'une bière valant 5 cents, portant le nom d'une berline, qui était inconnu, même pour les personnes les plus âgées de la région.
- Une facture papier pour le soin d'un cheval et le lavage d'une calèche, inscrite au nom d'une écurie sur Lexington Avenue, qui ne figure dans aucun carnet d'adresses.
- Environ 70 $ de vieux billets bancaires.
- Une carte de visite avec le nom de Rudolph Fentz et une adresse sur la 5th Avenue - Une lettre de Philadelphie envoyée à cette adresse, datée de juin 1876.


Rudolph Fentz voici donc le nom de ce personnage tout droit sorti du passé et qui apparaît à New-York au milieu du 20ème siècle. Les enquêteurs sont sans voix. Comment retrouver l'identité de ce mystérieux gentleman ?
Le capitaine Hubert V. Rihm (alors chargé des enquêtes sur les personnes disparus à la police new-yorkaise) mena une investigation pour éclaircir l'identité du mort. Il retrouva l'adresse sur la Firth Avenue. Mais les propriétaires du magasin en question n'avaient jamais entendu parler de Rudolf Fentz.
Le capitaine H. V. Rihm se heurta alors à l'absence totale d'informations sur le personnage : Fentz n'apparaissait dans aucun annuaire téléphonique, ses empreintes n'étaient répertoriées nulle part, aucune trace de lui n'était conservée dans les registres médicaux... Le capitaine Rihm chercha parmi les comédiens, pensant que Rudolf Fentz portait un costume. Puis partant du constat que le nom était allemand, il enquêta auprès des services de l'immigration et des ambassades d'Allemagne, de Suisse et d'Autriche... Mais aucune de ces pistes ne donna quoi que ce soit.
Cela ne découragea pas pour autant Rihm, qui persévéra et finit par trouver un Rudolph Fentz Jr dans un annuaire téléphonique de 1939. Se rendant à l'adresse indiquée, il apprit des résidents que Fentz était un homme d'une soixantaine d'année qui travaillait dans une banque proche, et que ce dernier avait déménagé après avoir pris sa retraite. Ce Fentz Jr ne correspondait pas à l'inconnu de Times Squares, puisqu'il avait presque 70 ans au moment où l'accident avait eu lieu, mais il se pouvait que ces deux personnes soient de proches parents.
Contactant la banque, Rihm apprit que Rudolf Fentz Jr était mort en 1945, mais que sa veuve était toujours en vie et résidait en Floride. Rihm écrivit à cette dernière, qui lui répondit que le père de son mari avait disparu au printemps 1876. Il était partit fumer un cigare à l'extérieur, et n'était jamais revenu. Malgré tous les efforts de la famille, jamais il ne put être retrouvé.
Très impressionné, le capitaine Rihm retourne à New York où il trouve dans les archives de la police la liste des personnes disparues en 1876. Le 14 Juin, le nom de Rudolf Fentz, âgé de 29 ans, est répertorié « vêtu d'une veste gris, d'un pantalon noir et blanc, de chaussures à boucles et d'un chapeau haut ».
De peur de passer pour mentalement dérangé, Rihm préféra classer l'affaire comme « irrésolu ». Et l'affaire tombe dans l'oubli...


...Jusque dans les années 1970. C'est alors que l'affaire du « voyageur temporel accidentel » remonte à la surface. Et les personnes qui s'y sont alors intéressées ont toutes tenté d'apporter diverses explications, sans succès cependant, sur la téléportation de Rudolf Fentz, jusqu'en 2000. Cette année là, un auteur espagnol Carlos Canales (s'intéressant au surnaturel) publie un article de 6 pages dans le magazine espagnol Más Allá. C'est alors que Chris Aubeck, chercheur en folklore et piqué par la curiosité, décide de mener sa propre enquête sur cette histoire.
C. Aubeck est alors frappé par le manque d'informations sur cette affaire : il lui est par exemple impossible de mettre la main sur le rapport de police concernant le cas Rudolf Fentz, ainsi que le certificat d'inhumation et la tombe ou aurait été enterré le supposé « voyageur temporel ». Il ne réussit pas non plus à retrouver de traces des témoins ayant, de près ou de loin, participé à la résolution de l'affaire dont Hubert V. Rihm en particulier.


Finalement, Chris Aubeck retrouve la source originelle de l'histoire de Rudolf Fentz : un récit de science-fiction nommé I'm Scared écrit par l'auteur américain Jack Finney (1911–1995), et publié dans le magazine Collier's en 1951.

  

Voyageur temporel ou légende urbaine ?
Que faut-il en penser... à vous de juger !