En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
Texte à méditer :   La logique est le dernier refuge des gens sans imagination.   Francis Bacon

Les 3 dernières histoires

Les meurtres du poulailler de Wineville - le 31.01.2021 » 18:37 par   Chantal_Belgique



Nous sommes en 1926. Natif de Saskatoon au Canada, Gordon Northcott s'installe à Los Angeles en Californie avec ses parents. Son père travaillant dans la construction l'aide à construire sa maison sur un terrain acquis à Wineville.
A deux, ils bâtissent également un ranch pour l'élevage de la volaille, principale source de revenus pour Gordon. Il décide de faire appel à son neveu Sanford Clarck, 13 ans, pour l'aider dans les travaux. Il se rend alors à Saskatoon et convint sa soeur et son beau-frère de lui laisser Sanford.


En août 1928, la soeur ainée de Sanford, Jessica Clark, de plus en plus intriguée par le ton des lettres que son frère envoie à la famille, décide de lui rendre visite. Et ce que Sanford lui raconte dépasse tout entendement. De retour au Canada, épeurés par ce que son frère lui a raconté sur les violences et les meurtres qui se passent à Wineville, elle donne l'alerte au Consul Américain. Ce sont alors les services de l'immigration qui prennent le relais sur le territoire américain.


Et de fait, Gordon Northcott ne fait pas qu'élever des volailles dans son ranch. Il enlève, abuse et maltraite de jeunes adolescents. Personne ne sait combien d'enfants exactement ont subi la maltraitance de Northcott mais Sanford en fait partie ainsi que 3 autres garçons.
Sanford est littéralement pris en otage par son oncle et même lorsque sa soeur vient lui rendre visite, il ne s'enfuit pas avec elle par peur des représailles. Battu et abusé, il est en plus témoin des crimes de son oncle qui va même aller jusqu'à le forcer à participer sous l'influence de Sarah Louise, la mère de Northcott.

  



Le 31 août 1928, des inspecteurs se rendent au ranch. En les voyant arriver, Gordon Northcott donne l'ordre à Sanford de les distraire le plus longtemps possible, le menaçant de le tuer à la carabine depuis un arbre du jardin si la situation dégénérait. Sanford se laisse donc arrêter et mettre en garde à vue. Pendant ce temps, Gordon et sa mère prennent la fuite. Ils gagnent le Canada.


Rassuré par la sécurité qu'offre la police, Sanford passe aux aveux le 14 septembre. Il déclare que Northcott a enlevé, molesté, battu et tué dans son poulailler les frères Lewis et Nelson Winslow 10 et 12 ans ainsi que Walter Collins 9 ans, avec l'aide de sa mère Sarah Louise Northcott. Il dit que Northcott l'a forcé à l'aider dans ses meurtres et que les dépouilles ont été dispersées dans le désert. Il ajoute que Northcott a également tué un jeune Mexicain, qui n'a jamais été identifié. Il l'aurait ensuite forcé à l'aider à faire disparaître la tête du petit mexicain qu'il avait décapité , d'abord en la brûlant puis en la fracassant en plusieurs morceaux à l'aide d'un poteau de clôture. Northcott a, plus tard, déclaré avoir laissé le reste du corps décapité sur le bord de la route près de La Puente, ville du Comté de Los Angeles.

  



Le témoignage de Sanford Clark indique également l'endroit où les corps des 3 enfants ont été enterrés, précisant que de la chaux avait été employée pour faire disparaître les restes. Les autorités découvrent effectivement des tombes peu profondes aux endroits indiqués. La police n'y trouve aucun corps complet mais découvre des effets personnels des trois enfants portés disparus, une hache tachée de sang et des fragments de corps, notamment des os, des cheveux et des doigts. Ce sont les circonstances de cette découverte qui donnent son nom de « meurtres du poulailler de Wineville » à l'affaire.


Les Northcott sont arrêtés près de Vancouver et extradés vers les États-Unis fin novembre 1928.
Le procès fait grand bruit, Northcott confesse 5 meurtres puis revient sur ses dépositions. Le juge lui, suspecte Gordon d'avoir fait plus d'une vingtaine de victimes mais par manque de preuves, il sera finalement condamné pour 3 d'entre eux, les frères Winslow et le petit latino non identifié. Sa mère, Sarah Louise Gordon confesse le meurtre de Walter Collins.
Le 13 février, au terme d'un procès de 27 jours, les sentences sont sans appel, la prison à perpétuité pour la mère et la peine de mort pour le fils. Gordon Northcott est pendu le 2 octobre 1930 à la prison d'État de San Quentin, à l'âge de 23 ans.


Quant à Sanford Wesley Clark, il est condamné à purger 5 années en maison de redressement à California State Reform School, à Whittier. Sa sentence est ramenée à 23 mois en raison de son bon comportement et de ses efforts de réhabilitation.
Sanford retourne à Saskatoon au Canada avec les encouragements de Kelley l'avocat général, qui l'a toujours soutenu durant le procès, à poursuivre sa vie de manière à prouver que la réhabilitation fonctionne et qu'il ne s'est pas trompé. Sanford s'efforcera de lui donner raison. Il sert durant la 2ème guerre mondiale, puis se marrie, adopte et élève 2 garçons, s'investit dans de multiples causes, travaille à la poste canadienne durant 28 ans et meurt en 1991 à 78 ans.


En raison de la mauvaise publicité due à ce sanglant fait divers, les citoyens de Wineville ont décidé de changer le nom de la ville. Et le 1er novembre 1930, Wineville est devenu Mira Loma, « la vue depuis la colline » en espagnol. Ce changement de nom a aidé la ville à se dissocier des actes horribles commis dans cette ferme avicole.

  


Histoire dans l'histoire : L'affaire Walter Collins



10 mars 1928. Christine Collins, qui élève seule son fils Walter, âgé de 9 ans n'a d'autre choix que de le laisser seul à la maison lorsqu'elle se rend son poste de travail de la Compagnie de Téléphone de Los Angeles. Le soir, à son retour, Walter est introuvable. C'est anormal. Elle fait alors le tour du quartier se renseigne auprès des voisins et des amis de son fils, mais personne n'a vu Walter. Christine contacte alors la police en insistant que Walter n'est pas le genre d'enfant à fuguer. Dès le lendemain Walter est porté disparu, mais sans aucun indice l'enquête piétine.


Août 1928. Christine est contactée par la police, un petit garçon a été retrouvé dans l'Illinois et clame être Walter Collins. La police organise les retrouvailles et contacte la presse. Christine attend sur le quai de la gare et lorsque que le petit garçon descend du train il ne lui faut qu'une fraction de seconde pour qu'elle se rende compte que ce n'est pas son fils. A l'écart de la presse Christine signale au chef de police que l'enfant n'est pas son fils. Pour éviter tout scandale Christine n'a pas d'autre choix que de repartir avec le petit garçon même s'il ne semble pas reconnaître sa propre mère.
Christine se rend alors chez le dentiste de la famille. Et le dentiste est formel cet enfant n'est pas Walter Collins. Christine se rend une nouvelle fois au poste de police et fourni à l'inspecteur Jones les dossiers dentaires des deux garçons. Sans s'en soucier, celui-ci contacte l'hôpital psychiatrique et fait interner Christine pour « comportement dangereux envers elle-même ». Sans jamais douter d'elle-même, Christine continue de clamer que l'enfant qu'on lui a amené n'est pas son fils. Pour elle, son séjour en hôpital psychiatrique n'est ni plus ni moins un séjour de détention pour la faire taire.
Alors que Christine est toujours internée, l'enfant finit par révéler qu'il s'appelle Arthur Hutchins (Billy Fields). Il dit avoir profité d'une certaine ressemblance avec l'enfant disparu pour se faire passer pour Walter Collins et ainsi se rendre en Californie pour rencontrer ses stars préférées !
Christine Collins est finalement libérée. Dès sa sortie, Elle poursuit l'inspecteur Jones en justice immédiatement. Cette affaire de corruption crée un scandale retentissant, contraignant à la démission le capitaine J. J. Jones, ainsi que le chef du Los Angeles Police Department James E. Davis.


Christine Collins continue ses recherches désespérément. En effet, le corps de Walter n'est pas retrouvé et seuls les témoignages de Sanford Clarck, le neveu de Gordon et de Sarah Louise Northcott, sa mère vont dans le sens de la mort de Walter. Christine Collins est confrontée à deux reprises à Gordon Northcott pour tenter de savoir s'il a tué son fils. Il est incapable de dire quoi que ce soit de sensé à chaque rencontre. Pour autant, les aveux de Sarah Louise Northcott corroborent les découvertes de restes humains faites par la police.
Mais voilà, en raison de l'absence d'aveu de Gordon Northcott, Christine Collins gardera l'espoir de retrouver son fils soit vivant. Elle continuera de le chercher toute sa vie, en vain. Elle meurt le 8 décembre 1964 à Los Angeles, à l’âge de 75 ans.

  


Que faut-il en penser... à vous de juger !

  



Le film « L'Échange » de Clint Eastwood, sorti en 2008, relate partiellement ces événements.