Histoires Insolites



Sommaire thématique
Autour des jeux Bizarre Escrocs - Arnaques - Canulars Extraterrestres Légendes urbaines - Rumeurs Mystères Paranormal

Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...


Ecrire à Chantal  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile


Mystères : Trésors enfouis à découvrir - par Chantal - Belgique le 18/12/2017 » 07:26


Nouvelle histoire :
  • Les cloches de la chapelle Boissec sous eaux › Année 1990 - La Sauvetat-du-Dropt [France]





  • Année 1990 - France (Lot-et-Garonne) : La Sauvetat-du-Dropt
    Les cloches de la chapelle Boissec sous eaux


    En 1793, trois paysans de La Sauvetat mirent leurs efforts en commun pour descendre les belles cloches de la chapelle de Boissec, promises aux fonderies de Sainte-Foy-la-Grande. Ils les emportèrent jusqu'au trou des Bacônes, un petit gouffre situé au fond d'un des bras du Dropt, et les précipitèrent dans les eaux.
    En 1990, le maire de La Sauvetat organisa avec des barques et de longues perches de bois, des prospections systématiques du fond du gouffre qui révélèrent effectivement la présence, par trois à quatre mètres de fond, d'objets solides. Les recherches s'arrêtèrent là.
    La tradition veut que plusieurs tentatives aient été faires, depuis deux siècles, pour récupérer les cloches, mais que toutes se soient soldées par des échecs. A chaque fois qu'on parvenait à les arrimer, les cordages cassaient sous la traction.

    A vous de chercher !





    Année 1964 - France (Hérault) : Agde
    Un trésor nazi dans l'Hérault





    En 1964, lors de travaux de démolition d'un pont en plein centre d'Agde, des plongeurs qui inspectaient le fond de l'Hérault découvrirent une statue en bronze figurant un éphèbe, et fondue selon les préceptes du sculpteur grec Lysippe oeuvrant au 3e siècle avant notre ère. D'où pouvait provenir cette statue d'éphèbe presque grandeur nature ?
    Un chercheur de trésors réputé émis l'idée que l'éphèbe ne serait autre qu'une mince partie d'un trésor nazi ! En effet, en 1944, les allemands durent quitter précipitamment le château de Belle-Isle, propriété du Docteur Emmanuel Laurent, réquisitionnée pendant les années de guerre. Or le Docteur Laurent était un riche amateur d'art. C'est ainsi que l'éphèbe aurait été immergé avec d'autres oeuvres par les nazis avant leur départ.
    L'hypothèse du trésor jeté à l'eau par les nazis a été confortée en 2001 par la découverte, non loin du lieu où l'éphèbe a été trouvé, de deux autres statues en bronze.

    A vous de chercher !






    Année 1944 – France (Seine-Maritime) : Le Petit-Quevilly
    Des dollars dans un trou de bombe





    3 mois après le débarquement allié en Normandie, la bataille faisait encore rage aux alentours du Petit-Quevilly. C'est au milieu des ruines qu'un sergent isolé de la VIe Brigade d'Infanterie Canadienne, Steve Dougall, fut laissé pour mort aux abords du village, près du château. Là, lorsqu'il revint à lui, roulé dans un buisson, ce fut pour voir 4 officiers allemands abandonner un chargement sur le bord d'un trou de bombe. Démasqué par un bruit, il les abattit d'une rafale de son pistolet-mitrailleur puis se rendit jusqu'au trou. Il éventra quelques caisses et les trouva bourrées de dollars. Il jeta le tout, cadavres et caisses et reboucha le trou. Recueilli par une patrouille américaine, il fut démobilisé un mois plus tard.
    C'est en vain qu'il rechercha son repère après la guerre, soit un château et ses communs, près desquels les dollars reposent encore. Seule certitude pour lui, cet endroit se trouvait entre la Seine et le village du Petit-Quevilly, ce qui laisse une zone relativement réduite à inspecter. Il s'avéra que le château en question avait bien existé, il figurait toujours au cadastre, mais avait été rasé pendant la guerre. Sans repère qui constituaient les bâtiments, il ne put continuer ses recherches et arrêta définitivement ses investigations en 1972. En effet, depuis 1960, il avait pris l'habitude de passer régulièrement en France quelques-uns de ses congés qu'il sacrifiait à la seule recherche de son trésor un moment entrevu au coeur d'un paysage normand dévasté.

    A vous de chercher !






    Année 1938 - Suisse : Saint-Moritz
    Un magot dans un glacier





    En 1938, un Junker 81 allemand s'écrasait sur un glacier au nord de Saint-Moritz à 3 000 mètres d'altitude. Il fut aussitôt avalé par le glacier emportant avec lui 16 000 000 en or que Hitler destinait à Mussolini. Les Allemands embauchèrent aussitôt des guides pour retrouver l'épave... en vain !
    Le glacier semble cependant rendre petit à petit sa prise de guerre... En 1953 on retrouva les ailes puis les corps congelés des aviateurs. Dans la vallée, à chaque printemps, quelques chercheurs scrutent les glaces !

    A vous de chercher !






    Année 1860 – France (Gironde) : Bordeaux
    Le trésor des Chartreuses





    Dans les années 1860, une chasse au trésor fit grand bruit à Bordeaux. Sur les indications de magnétiseurs et radiesthésistes, on se mit à effectuer des fouilles dans un caveau de l'église Saint-Bruno en vue de retrouver le trésor des Chartreuses chassées de l'édifice pendant la Révolution. Bien que l'histoire de ce trésor soit authentique dans les faits, on ne saurait dire s'il est bien de concentrer les recherches dans l'église même, car il est décrit aussi une cache pratiquée dans un pilier de l'église.
    Au siècle dernier, le vicaire de saint-Bruno entreprit ses propres recherches. Il repéra une pierre qu'il jugea étrange de par sa disposition… il entreprit donc de la desceller la nuit. Elle s'effondra avec d'autres pierres dans un grand fracas et le vicaire se retrouva dans la chambre du curé qui faillit bien mourir de peur cette nuit-là !

    A vous de chercher !






    Année 1855 – France (Corse) : Bonifacio
    885 millions en napoléons





    C'est le 15 février 1855 que le navire de guerre 'La Sémillante', venant de Toulon et transportant des troupes vers la Crimée, se fracassa sur les écueils de l'ile de Lavezzi. Les 702 passagers périrent et la cargaison du navire, qui transportait 885 millions en or destinés aux troupes qui se battaient en Crimée, fut éventrée par les rochers. Cet or repose au milieu des carcasses de dizaines de navires de toutes époques eux aussi, surpris par les rochers de Lavezzi. Les épaves reposent là, dans une zone d'à peine une cinquantaine de mètres de fond.


    A vous de chercher !






    Année 1843 - France (Hérault) : Pézenas
    Le trésor de Pomarèdes


    Pézenas, 18 février 1843. Jean Pomaradès, bandit de 40 ans environ, reconnu coupable de nombreux vols et meurtres dans la région était guillotiné publiquement.
    En une quarantaine d'attaques de fermes et de riches marchands rentrant de foire, Jean Pomaradès avait accumulé une véritable fortune. Quand lors de son procès, les juges lui demandèrent où cet or était caché, il sollicita qu'on l'accompagne dans le bois de Caussiniojouls près de Bouleran, où il révèlerait l'emplacement de la cache à condition qu'on lui laisse la vie sauve. Le procureur du Roi n'accepta pas le marchandage, et Pomaradès fut promptement exécuté sans avoir pu se rendre sur place. Son trésor y dort toujours.
    Evoquons cependant un souterrain, situé à 3 km environ de Béziers, sur la route de Bessan. Il est localement désigné comme le Trou-de-Pomaradès, et la légende affirme que c'est dans cette tanière que le bandit dissimulait le fruit de ses rapines.
    Alors pourquoi allez ainsi chercher là, de façon hasardeuse, ce que Jean Pomaradès lui-même désigna comme caché dans le bois de Caussiniojouls ?

    Alors à vous de voir !






    Année 1815 - France (Loire) : Saint-Etienne
    La cassette du Maréchal Brune





    Le Maréchal Brune, un des maréchaux de Napoléon, fut assassiné par les royalistes à Avignon le 2 août 1815. Le principal responsable de cet assassinat, un nommé Jacques Dupont dit Trestaillons, vint se réfugier à Saint-Etienne. Il y fut arrêté mais son jugement n'eut jamais lieu faute de témoins. C'est étrangement à Saint-Etienne que se serait aussi réfugié l'aide de camp du Maréchal Brune. Après le meurtre de son maître, l'officier se serait enfuit précipitamment de la ville d'Avignon emportant avec lui la cassette du maréchal contenant plus de 100 000 francs en or, des billets, des bijoux et des pierres précieuses. Il serait descendu à l'auberge du sieur Chomier, à Polignais. Il en serait sorti pendant la nuit pour aller cacher la cassette à une petite demi-heure de la ville, dans une grande prairie en vallée descendant à Saint-Etienne, près d'un réservoir d'eau, à gauche de la route de Puy. Par la suite, l'officier fut incarcéré à Lyon et c'est de sa prison qu'il écrivit à un habitant de Saint-Etienne, le voiturier Durand dit Paturaud, pour lui demander de récupérer la cassette et solliciter quelque argent à valoir sur le trésor. Paturaud remua toute la prairie et ne découvrit jamais la cassette dont l'existence supposée fut, par la suite, mentionnée dans tous les actes de vente de la parcelle.

    A vous de chercher !






    Année 1812
    La retraite de Russie





    Au printemps 1812 Napoléon rassemble une armée de 600 000 hommes appelée l'armée des vingt nations par les Russes. Le Niémen est franchi le 24 juin. Napoléon tente d'encercler l'armée russe mais elle se dérobe en faisant le vide devant la Grande Armée par la tactique de la terre brûlée. Après deux mois de marches épuisantes, l'Empereur arrive près de Moscou sans avoir obtenu de succès décisif ; en revanche, les maladies et surtout les désertions lui ont enlevé plus de 150 000 hommes et il a perdu la plus grande partie de ses chevaux. Après des combats d'un acharnement inouï au cours desquels 50 000 Russes et 30 000 Français périssent, Napoléon entre dans Moscou dont les ressources sont presque aussitôt anéanties par un gigantesque incendie. L'empereur ordonne alors son pillage.

    Le 19 octobre 1812, Napoléon décida finalement d'évacuer un Moscou en cendres, après avoir attendu inutilement la capitulation russe.
    Mais il est déjà trop tard. L'hiver arrivent subitement... commence alors la longue retraite vers l'Europe. La température baisse continûment, les trésors deviennent de plus de plus lourds et encombrants !!! Avant Smolensk, c'est une incroyable quantité de vaisselle d'or qui est dispersée dans les rivières au hasard de la progression des troupes. Dans les tempêtes de neige, affaiblis par le manque de provisions, la vermine et les maladies, des 'spectres', habillés tant bien que mal de vêtements hétéroclites, tâchent péniblement de gagner du terrain. La steppe est jonchée de cadavres, hommes et chevaux morts de froid, de faim et d'épuisement, ou encore massacrés par des unités de cosaques qui les harcèlent. Fin novembre, l'armée dont il ne reste que 100 000 hommes passe la Bérézina sur des ponts de fortune y précipitant au passage trésors et matériel militaire. Ainsi disparurent une incroyable quantité de pièces d'or, des sacs de perles, des diamants, des rubis, des saphirs, des crucifix, des calices, des vases, les couronnes de Sibérie, d'Astrakan et de Cassa de l'empereur de Constantinople, l'épée de Pierre le Grand et une quantité d'autres objets tout aussi prestigieux.

    En 1896, lors d'un curage des berges du fleuve, on retrouva une grande quantité de ces objets dans une couche de boue épaisse de 35 cm contenant pêle-mêle armes, butins et ossements humains.

    En 1962 le Pravda, journal officiel russe, publiait les résultats d'une analyse chimique des eaux du lac de Stoyecheye situé près de Smolensk. On y avait relevé une proportion d'oxyde d'argent dissous 100 fois supérieure à la moyenne !

    C'est là sans doute que se trouverait immergé le plus gros du trésor qui doit receler une grande quantité d'or indécelable car l'or est inoxydable.

    A vous de chercher !






    Année 1810 – France (Seine-et-Marne) : Ferrières-en-Brie
    La cache de Fouché




    En 1810, Joseph Fouché (1759-1820) ministre de la Police de Napoléon Ier, se retira dans son château de Ferrières-en-Brie non sans avoir pris la précaution d'emporter avec lui une caisse de documents extrêmement compremettants pour l'empereur. Il raconte dans ses Mémoires que, menacé d'arrestation, il alla de nuit murer cette caisse dans son château.
    Selon les spécialistes d'histoires napoléoniennes, la caisse au contenu si précieux et propre peut-être à éclairer l'Histoire de France d'un jour nouveau, se trouverait murée dans un souterrain du château...

    A vous de chercher !






    19e siècle - France (Lozère) : Marchastel
    Les trésor du lac Saint-Andéol





    Le lac Saint-Andéol, sacré depuis la nuit des temps et déjà mentionné comme site païen au 6e siècle par Grégoire de Tours, est constitué par une retenue d'eau d'altitude qui s'est naturellement aménagée, peu à peu, dans les restes d'un très ancien cratère de volcan du plateau d'Aubrac.
    Saint Grégoire de Tours (539-594), dans son 'Histoire ecclésiastique des Francs' dit que, depuis un temps immémorial, se réunissent sur les rives, chaque année, le deuxième dimanche de juillet, de 4 000 à 5 000 personnes, pour adorer le dieu des eaux, se baigner, festoyer et jeter dans le lac des denrées comestibles, de la fourme, des toisons de mouton, des pièces de cuivre, d'argent et d'or...
    On y jeta ainsi des offrandes précieuses jusqu'au 19e siècle et les archéologues de tous les temps ont rêvé à ce qu'ils pourraient découvrir dans les vases de cette retenue qui ne fut jamais curée. Il fut même question, sous le règne de Louis XIV, d'assécher le lac pour le fouiller.
    En quelques siècles, le lac a baissé de niveau, ce qui fait que ses anciennes rives constituent aussi des emplacements potentiels de recherche.
    Un peu plus loin où se dresse une croix, on a reconnu les traces d'un temple antique.

    A vous de chercher !






    Année 1793 – France (Yonne) : Saint-Fargeau
    Le tableau emmuré


    Les tableaux qu'exécuta le peintre David pendant la révolution sont de véritable chef-d'oeuvre. Parmi eux, l'inachevé Serment du Jeu de paume, le célèbre Marat assassiné et le très dépouillé Jeune Bara. Mais peu d'amateurs d'art savent qu'il manque à cet ensemble une 4ème oeuvre qui représente l'assassinat de Le Peletier de Saint-Fargeau.
    Le conventionnel Michel Le Peletier fut parmi ceux qui votèrent la mort de Louis XVI le 20 janvier 1793. Le soir même, en représailles, il était assassiné par un royaliste fanatique.
    David le représenta sur son lit de mort.





    Cette oeuvre est alors installée dans la salle des séances de la Convention nationale.
    Retiré en 1795 et confié à l'artiste qui le conserva jusqu'à sa mort à Bruxelles, le tableau fut vendu par sa famille à la fille de Le Peletier, Louise Suzanne de Mortefontaine.
    Après cette vente, le tableau disparut et selon les historiens il fut probablement détruit par la fille de Le Peletier qui voulait faire disparaître le passé révolutionnaire de son père régicide.
    Cependant une légende laisse entendre que Louise Suzanne de Mortefontaine n'aurait pas détruit le tableau mais l'aurait fait murer dans une des pièces du château de Saint-Fargeau ou quelqu'un, un jour peut-être, saura le retrouver !

    A vous de chercher !






    Année 1793 – France (Vendéé) : Montorgueil
    Les sous de François Athanase de Charette de la Contrie




    François Athanase de Charrette de la Contrie fut l'un des plus grands chefs de la rébellion royaliste vendéenne.
    En 1795, les anglais lui firent parvenir par le port de St-Jean-de-Monts un trésor composé de 6 000 louis d'or. Quelques mois plus tard ce sont 22 000 dollards américains qui lui sont acheminés de la même manière.
    Que sont devenues toutes ces pièces de monnaie ?
    Une partie se trouverait cachée dans le hameau de Montorgueil près de Le Poiré-sur-Vie où Charrette tint sont dernier campement. Un autre dépôt serait enfoui dans les caves de sa maison à Belleville-sur-Vie. On parle aussi d'un tonneau d'or caché dans un puits de la forêt de Gralas près des Brouzils, d'une malle pleine de valeurs enterrée dans bois proche des Gats, d'or enfouis en forêt de Touvois...

    A vous de chercher !






    Année 1793 – Belgique (Province du Luxembourg) : Orval
    Le trésor des moines d'Orval





    En 1791, les moines de l'abbaye d'Orval furent mis dans la confidence de la fuite de Louis XVI vers Montmédy. Ils reçurent en dépôt une partie de la fortune que le roi destinait à l'ornementation de sa future résidence. La fuite avorta à Varennes et c'est à Orval que Bouillé, son investigateur, se réfugia.
    Mais en 1793, les républicains envahirent les lieux que les moines quittèrent d'urgence après avoir enfouis les deux trésors, le leur et celui du roi Louis XVI, dans leur domaine de Gérouville.

    A vous de chercher !






    Année 1792 – France (Meuse) : Verdun
    La dot des vierges de Verdun





    Lorsque pendant la Révolution, la ville de Verdun fut investie par les troupes de Brunswick, la population accueillit l'envahisseur par des liesses et des fêtes. Une cérémonie fut donnée au cours de laquelle, des jeunes filles toutes vêtues de blanc, vinrent remettre des dragées et des bouquets de fleurs au conquérant. Parmi elles, on comptait trois soeurs issues de la classe aisée de Verdun, les soeurs Watrin. La ville fut finalement reprise par les Français et près de quarante des participants à la réception, furent dénoncés par leurs concitoyens et arrêtées.
    Elles restèrent dans leurs geôles jusqu'en 1794, année au cours de laquelle elles furent finalement transférées à Paris pour y être jugées. Les plus jeunes furent condamnées à 20 ans de détention, les autres furent guillotinées.
    Parmi elles se trouvaient les soeurs Watrin dites 'les vierges de Verdun'. Avant d'être arrêtées, elles avaient morcelé leurs dots en 12 dépôts cachés ou enterrés en différents endroits de Verdun. Le montant total de ces dots atteindrait 10 000 livres et 5 000 écus en monnaies ainsi que des bijoux.

    A vous de chercher !







    Année 1792 - France (Savoie) : Chambéry
    Le trésor des moines a disparu !





    En 1792, les commissaires révolutionnaires de Chambéry se portèrent en la voisine abbaye de Tamié pour y saisir, en vertu d'un décret de la Convention, tous les métaux précieux qu'elle contenait.
    Les moines leur firent bon accueil pendant leur mission. Un si bon accueil qu'ils parvinrent à les saouler du vin de frais tonneaux hâtivement défoncés pour la circonstance.
    Pendant que ces commissaires cuvait leur vin, les moines s'échappèrent emmenant avec eux le trésor de l'abbaye. Le magot fut caché dans la région, sans doute dans une dépendance de l'abbaye car, en ce temps, on ne pouvait aller loin, ainsi chargé, sans se faire remarquer. Il ne réapparut jamais...
    De nos jours, l'abbaye est occupée par des moines trappistes. Il y fabrique d'ailleurs un fromage très renommé en Savoie.

    A vous de chercher !






    Année 1773 - France (Côtes-d'Armor) : Pontrieux
    Les secrets des souterrains du duc de Richelieu





    Le duc de Richelieu a vendu en 1773 à la famille Le Godinec de Traissan le château de la Roche-Jagu.
    L'acte de vente comportait une clause qui continue d'intriguer historiens et chercheurs de trésors : 'Il ne sera fait aucune tentative pour déboucher les portes des souterrains afin d'y descendre et d'y dévoiler le mystère qui l'environne'. Pourquoi une telle recommandation ? Que recèlent donc ces souterrains toujours murés ?

    A vous de chercher !






    Année 1755 - France : Auvergne, Savoie et Bourbonnais
    Les trésors de Mandrin



    Ce portrait de mandrin a été réalisé juste après son exécution sur la roue ce qui explique les déformations très marquées du visage


    Le bandit Mandrin (1725-1755) s'était attaché à piller systématiquement les biens et le numéraire des Fermes générales. Itinérant, il avait pris l'habitude de cacher ses butins dans des endroits qu'il nommait 'ses coffres-forts'. Plusieurs d'entre eux ont été localisés.
    Ainsi, une cassette serait encore enterrée dans le jardin de sa maison natale à Saint-Etienne-de Saint-Geoirs (Isère). A Verel-de-Montbel (Savoie), il fora une cache dans les hautes roches qui entoure le village et y glissa une bourse remplie de pierres précieuses. Il enterra 25 000 livres en or en pleine forêt du Vercors là où Mandrin aimait à prendre ses quartiers. Lors de sa dernière chevauchée, il fut contrait de dissimuler à une lieue au-dessus d'Ambert (Puy-de-Dôme) le précieux chargement de quatre de ses chevaux qui, exténués, ralentissaient la course. On parle aussi de caches aménagées dans le vieux château de Rochefort (Savoie) où il fut capturé en 1755 avant d'être exécuté.

    A vous de chercher !






    Année 1720 – France (Morbihan) : Nivillac
    9 000 livres en louis d'or dans un sac





    En 1720 sous la Régence, l'exécution à Nantes du marquis de Pontcallec mettait fin à une tentative de soulèvement soutenue par la petite noblesse bretonne et visant à renverser le Régent au profit de Philippe V d'Espagne.
    Le 2 novembre 1719, Pontcallec reçoit pour sa participation à l'affaire, 9 000 livres en louis d'or de France et des pièces d'Espagne rondes et carrées, enfermées dans un sac en toile. Le trésor est partagé entre les différents conjurés qui tous, certains de bientôt diriger une nouvelle Bretagne, misaient gros et y avaient ajouté leur propre fortune. A ce trésor s'en additionnait un autre, reçu directement de l'ambassadeur d'Espagne quelques mois plus tôt, soit 30 000 livres en or.
    Mais voilà, c'est sans tenir compte de la contre-offensive des troupes royales et de leur supériorité. Dès lors Philippe V d'Espagne se désintéresse du sort de la Bretagne.
    Le 28 décembre 1719, Pontcallec est reconnu, malgré son déguisement de paysan, et arrêté au presbytère de Lingnol. Début 1720, d'autres conjurés dont Moyne de Talhoüet, du Couëdic, Montlouis, se basant sur de fausses rumeurs de clémence, se constituent prisonniers. Tous furent jugés, condamnés et exécutés.
    Mais, qu'est devenu l'or des insurgés ?
    Le château de Pontcallec reste le point le plus propice à une recherche. Il n'en reste cependant plus que les caves et les douves, ainsi que quelques murailles. Une partie du trésor pourrait aussi avoir été enfouie au manoir Lourmois, à 2 km de Nivillac. Maintenant une ferme entourée de maisons abandonnées, autrefois c'était le quartier général de la petite armée de Pontcallec. Il est probable qu'une partie de l'or se trouve là, entre des pierres disjointes ou dans la terre.
    De l'or pourrait aussi se trouver près de village de Crac'h, au château de Kergurione, dont il ne reste que des ruines. Ce château fut le premier lieu de rencontre des conjurés. De plus, c'est aussi là qu'arrivèrent les 30 000 livres en or. Après l'insurrection avortée de Pontcallec, les chefs des conjurés se retrouvèrent au château de Kergrois à Rémugnol. Il peut là aussi y avoir de l'or.

    A vous de chercher !






    Année 1675 – France (Seine) : Paris
    Le très authentique trésor de Louvois





    L'existence d'un trésor de Louvois, ministre de Louis XIV, encore caché dans une cave de l'hôtel de Longueville rue Saint-Thomas-du-Louvre est assez probable.
    François Michel le Tellier, marquis de Louvois (1639-1691) fut seul maître des destinées militaires de France après la mort de Turenne (1675). Il était l'héritier d'une grande ligné de hauts serviteurs de l'Etat et d'une très riche famille.
    C'est sous le règne de Louis XV qu'un certain Alain Godefrin, marchand gantier-parfumeur, adresse aux plus hautes autorités, puis au roi lui-même, une abondante correspondance faisant état d'un 'trésor de Louvois'. Ainsi, il écrit : Nous avons trouvé une grande fosse faite par d'autres que nous... le trésor est une grande cuve qui contient dix muids [et] qui n'est pas faite avec des douves [arceaux de tonneaux] car se sont des madriers de chêne qui sont larges et épais de quatre doigts. Nous l'avons monté dans la dite fosse avec les six forgerons et nous avons fait faire un mur tout autour avec de gros moellons. Et aussi, selon les dires du marchand gantier-parfumeur, la fosse aurait été remplie de valeurs d'or et d'argent, puis ensuite fermée avec des pierres de taille, le sommet de l'ouvrage arrivant encore sous le niveau du sol. De la terre battue aurait ensuite été répandue sur le travail puis tassée pour définitivement dissimuler la cachette.
    Ce dépôt aurait été effectué sur ordre de Louvois dans les caves ou souterrains de son hôtel de Longueville, restés de nos jours comme en ces temps. Le secret en aurait été révélé par un maçon, un dénommé Lhermitte, qui aurait effectué les travaux d'aménagement d'une fosse pour le compte de Louvois lui-même. Ce trésor constituait la dot de la fille de Louvois, que le ministre comptait marier au duc de Savoie, opération qui ne put jamais se faire. Sous le règne de Louis XV donc, bien après la mort du ministre, le trésor était toujours en place dans le sous-sol de la cave de l'hôtel de Longueville, soit dans l'ancienne rue Saint-Thomas-du-Louvre.

    A vous de chercher !






    Année 1661 - France (Somme) : Falvy
    La cloche 'vasée' de Falvy





    En 1661 le village de Falvy fut envahi par les Espagnols.
    Pour protéger la cloche de leur église des envahisseurs, les habitants l'immergèrent dans l'étang voisin. Une inscription gravée en haut d'un des murs de l'église en témoigne. En effet on peut y lire : 'En l'an de grace 1661, la grosse cloche de Falvi a été 'vasé' (orthographe de l'époque).
    La tradition raconte qu'on entend encore tinter la mystérieuse cloche...

    A vous d'écouter !






    XVe siècle - France (Ain) : Nantua
    5 ou 11 coffres ???



    L'abbaye de la Chartreuse de Meyriat au XVIIIe siècle


    La Chartreuse de Meyriat qui dresse ses ruines, près de la forêt du même nom, à 18 km au sud de Nantua cacherait 5 ou 11 coffres emplis de richesses. En fait, il s'agit d'une abbaye dont les fondations remontent à l'an 1116. Et comme dans toutes les abbayes, les moines y possédait une salle dite du trésor, où étaient entreposés reliquaires et objet du culte. Dans ce cas ci, il s'agissait d'une ancienne crypte dont l'entrée pouvait être aisément maquillée. Au XVe siècle, le trésor serait par sécurité resté en place. Ici, on parle de 5 coffres emplis de richesses. Une autre version avance que le trésor fut enfoui par les moines à la Révolution, lorsqu'ils furent contraints de quitter leur abbaye pour émigrer en Espagne. Selon cette version des faits, ce n'est pas 5 mais bien 11 coffres qui auraient été descedus dans un caveau souterrain jamais retrouvé à ce jour.
    En fait, il semble probable que les deux traditions aient mélangés deux versions de trésors très éloignées les unes des autres dans le temps.

    A vous de chercher !






    Année 1574 - France (Seine) : Paris
    Une tête sertie de pierres précieuses





    Sur les hauteurs de Montmartre et très vraisemblablement vers l'église Saint-Pierre, reste à trouver un bien curieux trésor... une tête momifiée et serties de pierres précieuses. Cette tête appartient Joseph Boniface seigneur de la Môle et a été enterrée là par la Reine Margot, première épouse d'Henri IV.
    Ainsi en 1574 la Reine Margot était la maîtresse du jeune seigneur de la Môle, un hobereau provençal de confession protestante qui se trouva bien malgré lui mêlée à une prétendue conspiration tramée contre la vie du Roi. On l'aurait retrouvé en possession d'une figurine de cire piquée d'aiguilles, fournie par l'astrologue Côme Ruggier. Il fut soumis à la question*, condamné à mort et décapité en place Saint-Jean de Grève à Paris.
    Margot racheta sa tête au bourreau, la fit momifier et sertir de pierres précieuses. Elle traîna pendant des années cette sinistre dépouille avec elle, avant de finalement l'enterrer avec son coffret en fer près du Sanctum Martyrium de l'abbaye des femmes de Montmartre.
    Cette tête pas plus que les pierres précieuses qui y étaient incrustés n'a à ce jour été retrouvée.
    *question : La torture est l'imposition volontaire de sévices d'ordre physique ou psychologique qui vise à faire souffrir un individu. Lorsque la torture accompagne l'exécution d'une condamnation à mort il est plutôt question de supplice, qui rend la mort longue et douloureuse sous forme de châtiment.

    A vous de chercher !







    Année 1573 - France (Gers) : Lectoure
    Les écus de Jean V d'Armagnac





    En 1470, Jean V d'Armagnac entra en conflit direct avec Louis XI, qui obtint du parlement sa condamnation au motif de haute trahison.
    Le 5 mars 1573, les troupes royales parviennent à s'emparer du proscrit, réfugié dans son château de Lectoure. Le sénéchal de Beaucaire tenta de lui faire dire où était son trésor de guerre, mais devant son mutisme, le tua de ses mains. La ville fut ensuite mise à sac.
    Les écus de Jean V d'Armagnac ne furent jamais retrouvés et il est fort probable qu'ils reposent encore dans le château de Lectoure.

    A vous de chercher !






    Année 1535 - France (Seine-et-Marne) : Nantouillet
    Les tonneaux d'or du chancelier du Prat


    C'est parce qu'il espérait pouvoir acheter son élection en tant que pape que le chancelier Antoine du Prat avait accumulé dans un caveau secret de son château de Nantouillet quelques 400 000 écus cachés dans des tonneaux.
    La révélation à François 1er de l'existence de cette fortune le rendit suspect et fut cause de sa disgrâce.
    Il mourut en 1535. Aussitôt le roi investit son château, tous les biens du chancelier furent saisis mais son trésor resta introuvable.
    Le château de Nantouillet repose sur un système complexe de souterrains où fort probablement... repose les tonneaux d'or.

    A vous de chercher !






    Année 1440 - France (Vendée) : Tiffauges
    La fortune maudite de Gilles de Rais



    Barbe-bleue


    Gilles de Rais, Maréchal de France qui après avoir été le compagnon de chevauchée de Jeanne d'Arc s'adonna à l'alchimie et au satanisme. Accusé d'avoir violé et tué plus de 140 enfants et adolescents, il finira sur le bûcher en 1440.
    Pour la petite histoire ce personnage très controversé ne cessa d'inspirer l'imaginaire populaire et l'on vit en lui le modèle de 'Barbe-bleue'.
    Son trésor en liquidité serait toujours dissimulé dans l'une des cryptes secrètes de son château de Tiffauges.

    A vous de chercher !






    Année 1430 - France (Seine-et-Marne) : Lagny-sur-Marne
    L'épée de Jeanne d'Arc





    L'épée de Jeanne d'Arc, cette épée qui la suivit dans toutes ses campagnes, cette épée que Jeanne cassa en frappant de son plat des prostituées qui suivaient son armée et la déshonoraient est un objet hautement symbolique. Au cours de son procès, elle n'a jamais révélé où elle l'avait cachée. Cette arme devenue inutilisable Jeanne l'a fort probablement confiée au monastère de Notre-Dame-des-Ardents où la Pucelle séjourna en mars 1430.
    L'église existe toujours et l'épée serait scellé derrière l'un des pilliers où l'un des murs de la Chapelle ou Jeanne d'Arc priait.

    A vous de chercher !






    Année 1361 - France (Jura) : Vescles
    Les secrets du château d'Oliferne





    Le château d'Oliferne construit au 13e siècle par Jean de Châlon, fils d'Etienne III de Bourgogne, sur un piton rocheux culminant à 800 mètres d'altitude, constituait un belvédère incomparable. Considéré comme imprenable, il fut cependant conquis en 1361 par Thibaud de Chauffour qui rançonna Tristan de Chalon pour 1 000 florins.
    Le château fut détruit au 16e siècle par les troupes d'Henri IV, mais des ruines subsistent encore aujourd'hui sous la forme de vestiges du donjon, des courtines et murs d'enceintes, ruines par ailleurs nimbées de légendes des plus enchanteresses aux plus lugubres.
    Ainsi, une de ces légendes raconte qu'il fut habité par le seigneur d'Oliferne, homme fourbe et cruel constamment en guerre avec ses voisins dont il s'était fait d'implacables ennemis. Vainement, ces ennemis avaient tenté de s'emparer du château, mais leurs efforts venaient se briser au pied de cette forteresse. Un jour cependant, ils parvinrent à corrompre avec de l'or un des gardiens du pont levis et s'emparer du château. Le seigneur réussi à fuir par un souterrain, mais ses trois filles furent enfermées dans trois tonneaux garnis de pointes et précipitées du haut de la falaise. Elles roulèrent dans cette horrible prison jusqu'au fond de la valle et se perdirent dans la rivière d'Ain. Pour perpétuer le souvenir de ces événements, le peuple appela 'Les Trois Damettes' les trois collines d'inégale hauteur qui se trouve sur la rive gauche de l'Ain.
    On dit qu'un trésor est enfoui près des vestiges ou noyé dans la dans la citerne à eau ou au fond du puits de la citadelle. Ce dépôt serait la fortune des Châlon, restée en place depuis la prise du château en 1361.

    A vous de chercher !






    Année 1356 - France (Seine-Maritime) : Jumièges
    Les 4 trésors de l'abbaye de Jumièges





    Une abbaye à l'histoire mouvementée... 4 trésors y seraient enfouis !!!
  • D'abord une statue en or représentant Saint Philibert (617 – 684), fondateur de l'abbaye de Jumièges et de Noirmoutier ; elle serait enterrée près de l'if du cloître encore debout de nos jours.

  • Le second trésor serait des pièces d'or provenant de la rançon que les Anglais avaient exigé contre la libération de Jean le Bon capturé à Poitiers en 1356. Aprenant la mort du Roi, les moines auraient enterré ce trésor dans les grottes 'des Trous-Fumeux' ou des 'Trous-de-Fer'.

  • Le troisième trésor sont les cloches de Jumièges enterrées par les moines durant la Révolution Française près de l'abbaye au lieu dit 'Fosse-Piquet'.

  • Quant au quatrième trésor, on recherche toujours la cassette de bijoux d'Agnès Sorel (1422-1450) favorite de Charles VII. Craignant d'être assassinée, elle l'aurait murée quelque part dans le château du Mesnil-sous-Jumièges.

    A vous de chercher !






    Année 1314 - France (Gironde) : Villandraut
    Les florins d'or du pape Clément V





    L'analyse du testament du pape Clément V mort en 1314 mais écrit en 1312 révèle l'existence d'un magot de 600 000 florins d'or que l'on ne retrouve pas dans sa succession. Fort probablement détourné de la trésorerie des Etats Pontificaux, ce magot est certainement encore muré dans un pièce secrète du château de Villandraut bâti sur un ensemble de souterrains.

    A vous de chercher !






    Année 1307 - France (Rhône) : Charentay
    Le trésor des templiers





    La tradition orale veut qu'en 1307, sachant son arrestation imminente, Jacques de Molay, le dernier Grand Maître de l'Ordre du Temple aurait confié le trésor et les archives des Templiers à son neveu Ginchard de Beaujeu. Celui-ci aurait alors dissimulé le trésor dans une des salles de son château d'Arginy près de Charentay... La forteresse est à présent en ruine et le trésor n'a jamais été retrouvé.

    A vous de chercher !






    Année 1199 - France (Haute-Vienne) : Châlus
    L'affaire du retable d'or





    C'est la cupidité qui perdit Richard Coeur de Lion. En 1199, il vint mettre le siège devant la citadelle de Châlus, tenue par un des ses féaux, Adhémar de Limoges. Un important trésor antique, une sorte de retable en or massif pour certains historiens ou des statues romaines également en or massif pour d'autres, avaient été découverts dans les champs entourant la ville. En droit féodal, ce trésor devait revenir au suzerain de la terre, donc à Richard. Lors du siège, le roi d'Angleterre fut mortellement frappé par un carreau d'arbalète tiré des remparts. Entre-temps, le trésor fut à nouveau caché et les soldats de la garnison de Châlus furent tous pendus pour avoir organisé la soustraction du trésor.
    En 1963, un paysan des environs de Châlus découvrit, en labourant son champ, des monnaies antiques, fort probablement les économies de quelques riches propriétaires Gallo-Romain. Cette trouvaille ne fit que relancer l'affaire du trésor de Châlus. Les historiens pensent que le retable serait toujours caché là où Adhémar de Limoges le fit murer pour le protéger des assauts des Anglais, quelque part dans les ruines du vieux château de Châlus. Ou alors peut-être que le retable serait enfoui au lieu-dit Loriot là, où quelques monnaies antiques ont été découvertes et sont encore à découvrir.

    A vous de chercher !






    Année 597 - France (Seine-Maritime) : Forêt de Brotonne
    Le caveau de la Reine Frédégonde





    C'est Grégoire de Tour, historien de son état qui révéle que la reine mérovingienne Frédégonde (545-597) avait fait aménager une crypte secrète en forêt de Brotonne non loin de son palais aujourd'hui disparu, crypte dans laquelle elle entassait tous ses trésors.
    Cette cachette n'a jamais été retrouvé bien que l'on sache approximativement où se situait son palais.

    A vous de chercher !






    Année 507 - France (Aude) : Capendu
    La tombe d'Alaric II





    En 507, le roi Wisigoth Alaric II fut tué par Clovis lors de la bataille de Vouillé. Ses soldats amenèrent la dépouille dans le Razès près de Capendu dans l'Aude. Les funérailles furent organisées dans une crypte secrète située sous le mont Alaric. Bien des trésors furent déposés dans la sépulture du Roi...

    A vous de chercher !






    V siècle après J.C. - France (Jura) : Saint-Claude
    La manne de Saint Lupicin





    Grégoire de Tours (538-594) historien de son état raconte que Lupicin avait découvert un trésor dans une des nombreuses grottes du flanc nord de la montagne dominant Saint-Claude dans le Jura. Il y allait puiser régulièrement or et argent pour subvenir aux besoins de sa communauté monastique. Lupicin s'y rendait toujours seul affirmant que le doigt de Dieu lui avait dévoilé l'existence de cette cachette !

    A vous de chercher !






    Année 453 - Hongrie : Csépa
    Les trésors d'Attila





    Après avoir ravagé la Gaule et l'Italie, Attila le roi des Huns trouva la mort accidentellement en 453. Son armée campait alors près de Csépa, une ville située dans l'actuelle Hongrie.
    Enfouie sous un tertre, la dépouille fut déposée dans un cercueil d'or et entouré d'objet précieux : les couronnes des rois vaincus, les trésors des palais et des cathédrales pillés par les Huns, les bâtons de jade arrachés au souverains asiatiques et les épées des chefs germains défaits.
    D'après les historiens, le tumulus se trouverait quelque part entre Scépa et Csongràd.

    A vous de chercher !



  • Bizarre : Morts insolites - par Chantal - Belgique le 13/11/2017 » 09:40







    NOUVELLES HISTOIRES :
  • 2002 : Il se menotte lui-même à un arbre et lance la clé hors de portée.
  • 2010 : Il est mordu par la tête décapitée d'un cobra.



    540 avant J.-C.
    L'athlète grec Milon de Crotone aurait entrepris d'achever de fendre avec ses mains un vieux chêne entrouvert par des coins de bois. Mais voilà, sous l'effort qu'il fit les coins se dégagèrent, les deux parties de l'arbre se rejoignirent, ses mains furent prises comme dans un étau. Il ne put les retirer et, incapable de se défendre, il fut dévoré par un loup.

    456 avant J.-C.
    Le dramaturge grec Eschyle aurait été tué par un aigle qui aurait laissé tomber une tortue vivante sur lui, confondant son crâne chauve avec une pierre.
    En effet, cet oiseau a pour l'habitude de laisser tomber des os d'une grande hauteur sur les rochers, afin qu'ils se brisent et qu'il puisse récupérer la moelle à l'intérieur.

    323 avant J.-C.
    Le philosophe Diogène de Sinope se serait donné la mort en arrêtant volontairement de respirer ce qui biologiquement est impossible.
    Selon d'autres versions, il serait mort d'indigestion après avoir mangé un poulpe cru suite à un pari ou alors il serait mort d'une infection due à une morsure de chien auquel il essayait de dérober un os pour se nourrir.
    Plus probablement, il serait mort de vieillesse à plus de 85 ans.

    280 avant J.-C.
    Le poète et grammairien Philétas de Cos serait mort d'insomnie tant il était obnubilé par le paradoxe du menteur.
    Maintenant l'homme était si maigre qu'on raconte qu'il plombait ses semelles de peur d'être emporté par le vent, il serait donc mort de dépérissement.

    207 avant J.-C.
    Le philosophe stoïcien Chrysippe de Soles serait mort de rire en voyant un âne ivre tentant de manger des figues.

    53 avant J.-C.
    Parti affronter les Parthes, Licinius Crassus fut vaincu à la bataille de Carrhes. Parce qu'il était particulièrement avide d'or, le général parthe Suréna lui fit couler le précieux métal en fusion dans la bouche en lui disant Rassasie-toi donc de ce métal dont tu es si avide ! Sa tête fut ensuite envoyée au roi parthe, Orodès II.

    42 avant J.-C.
    Porcia Catonis, épouse de Marcus Junius Brutus, lorsqu'elle apprit la mort de son mari se suicida en avalant volontairement des charbons chauds. Certains historiens pensent toutefois qu'elle se serait intoxiquée au monoxyde de carbone en brûlant des charbons dans une salle non aérée.

    4 avant J.-C.
    Hérode I le Grand, roi de Judée, serait mort en souffrant de fièvres, de convulsions, de difficultés à respirer, de douleurs abdominales, d'éruptions cutanées et d'une putréfaction de ses parties génitales qui a fini par produire des vers !

    64-67
    Selon un apocryphe*, Pierre, disciple de Jésus de Nazareth aurait été crucifié sur une croix inversée, la tête vers le sol. Cette position est justifiée dans le texte par des considérations gnostiques liées à un mythe des origines. C'est la seule crucifixion de ce type qui ait été relatée dans l'histoire.
    *on qualifie d'apocryphe un écrit dont l'authenticité n'est pas établie

    260
    L'empereur Valérien, capturé par Shapur 1er, roi des Perses sassanides, fut utilisé comme marchepied par son vainqueur quand il devait monter à cheval. Après plusieurs années d'humiliations et de mauvais traitements, il aurait été écorché vivant selon certains auteurs. Mais plus vraisemblablement, d'après les historiens, ce fut la peau de son cadavre qui fut tannée et teintée en rouge pour fabriquer un mannequin.

    415
    Hypatie d'Alexandrie, mathématicienne et philosophe grecque, fut assassinée par une foule de chrétiens qui lui lacéra le corps avec des coquilles d'huîtres. Par contre, certaines sources parlent plutôt de tessons de poterie. Ce qui resta d'elle fut brûlé.

    613
    La reine mérovingienne Brunehilde, bien qu'âgée de 70 ans, a été déchiquetée sur ordre de Clotaire II. Elle fut attachée par les cheveux, un bras et une jambe à la queue d'un cheval indompté après avoir été promenée nue sur un chameau (animal jugé infamant) à travers le camp du roi.

    882
    Le roi carolingien Louis III, au cours d'une aventure amoureuse, se serait fracassé le crâne contre le linteau d'une porte trop basse alors qu'il poursuivait à cheval la fille d'un certain Germund.

    1190
    L'empereur germanique Frédéric Barberousse se serait noyé accidentellement dans le fleuve Saleph* lors d'une croisade. Il aurait oublié de retirer sa cuirasse avant de plonger et aurait coulé au fond du fleuve sans pouvoir remonter. L'hypothèse de l’hydrocution n'est pas non plus à écarter.
    *actuellement fleuve Göksu en Anatolie

    1305
    Le patriote écossais William Wallace s'est vu condamné à être hanged, drawn and quartered. Il fut castré et traîné dans tout Londres, nu, accroché par les talons à un cheval. Il a été pendu mais pas jusqu'à la mort, il a été décroché encore vivant. Il a ensuite été éviscéré et le feu a été mis à ses entrailles. Enfin, il fut finalement décapité et équarri, c'est-à-dire démembré.

    1327
    Edouard II d'Angleterre aurait été tué par l'insertion dans son anus d'une barre en cuivre permettant l'introduction d'un fer rougi au feu de façon à brûler les parties internes au-delà des intestins. Cette mort était supposée être la fin méritée d'un homosexuel.

    1478
    Condamné à mort, George duc de Clarence choisit d'être exécuté par noyade dans une barrique de vin de Malvoisie.

    1498
    Charles VIII meurt après avoir heurté violemment un linteau de porte du château d'Amboise.

    1559
    Le 30 juin, lors des joutes organisées durant le mariage de sa fille Elisabeth avec Philippe II d'Espagne, Henri II de France combattit contre Gabriel de Montgomery, capitaine de sa Garde écossaise. La grille en or de son casque ne fut pas assez solide pour arrêter la lance de son adversaire qui vint traverser son orbite oculaire. Les historiens pensent par ailleurs que le cerveau fut touché. Henri II de France mourut 10 jours plus tard dans d'atroces souffrances, malgré les soins des médecins royaux dont Ambroise Paré, autorisé à reproduire la blessure sur des têtes de cadavres de condamnés à mort afin de s'exercer à l'extraction délicate de l'éclat de bois et de Vésale, ancien médecin de Charles Quint et célèbre anatomiste, venu de Bruxelles.

    1561
    L'astronome danois Tycho Brahe serait mort à la suite d'un calcul ou d'une septicémie suite au fait de s'être retenu trop longtemps d'uriner pendant un trajet de plusieurs heures en carrosse avec l'empereur hongrois Rodolphe II ou alors d'un trop long repas. Sa mort inspira une expression tchèque : Je ne veux pas mourir comme Tycho Brahe, prétextant une envie pressante. D'autres sources relèvent cependant que Tycho Brahe aurait été empoisonné.

    1625
    Francis Bacon, homme d'état anglais, observe une tempête de neige. Il est frappé par la novatrice idée que peut-être la neige pourrait être utilisée pour préserver la viande de la même manière que le sel. Déterminé à tester son hypothèse, il achète un poulet, le tue et reste un long temps à l'extérieur dans la neige, pour remplir le poulet de neige au maximum pour le congeler. Résultat des courses : le poulet ne s'est pas congelé, mais Francis Bacon oui.

    1687
    Jean-Baptiste Lully, compositeur, mourut de la gangrène à la suite d'une blessure au pied due à son 'bâton de direction', une longue et lourde poutre de fer dont il se servait pour battre la mesure en la frappant au sol, durant un concert.

    1771
    Le roi de Suède Adolphe Frédéric de Suède mourut d'une indigestion suite à un trop copieux repas arrosé de champagne. Il aurait notamment reprit 14 fois de son dessert favori, le 'semla' servi dans un bol de lait chaud.
    Les écoliers suédois se souviennent de lui comme 'le roi qui mangea jusqu'à en mourir'.

    1798
    Aristide Aubert Du Petit-Thouars, capitaine de 38 ans, se trouve à Aboukir sur le vaisseau 'Le Tonnant'. La mitraille anglaise lui arrache un bras, puis l'autre et enfin une jambe. Il se fait placer dans un tonneau de son et crie de ne pas se rendre. Tant que son sang a pu le maintenir en vie, il a encouragé ses compagnons.

    1841
    William Henry Harrison, 9e président des États-Unis, contracta une pneumonie en faisant un discours d'une heure et demie sous une pluie glaciale le jour de son investiture. Il meurt 1 mois plus tard.

    1899
    Félix Faure est mort d'une congestion cérébrale après un rapport sexuel avec Marguerite Steinheil. Une plaisanterie populaire ira jusqu'à préciser que c'est par une fellation que la maîtresse provoqua l'orgasme qui lui fut fatal, et fera de Mme Steinheil 'La Pompe funèbre'. Clemenceau dit de lui : Il voulut être César, il ne fut que Pompée. Autre anecdote, le médecin aurait demandé : Le Président a-t-il toujours sa connaissance ? Et la réponse aurait été : Non Monsieur, on l'a fait sortir par une porte dérobée.

    1911
    Jack Daniel, fondateur de la distillerie Jack Daniel's de Tennessee whiskey, meurt d'un empoisonnement sanguin résultant de complications dues à une blessure à l'orteil qu'il s'était infligée en donnant un coup de pied à son coffre-fort, dont il ne se souvenait pas de la combinaison... 6 ans plus tôt.

    1912
    Le tailleur Franz Reichelt est mort en sautant du premier étage de la tour Eiffel alors qu'il voulait tester son invention, le 'manteau-parachute'. Ce fut son premier... et dernier essai !

    1912
    Le britannique Lawrence Oates souffrant de gelures et se sachant condamné par la gangrène se laissera mourir de froid sur la banquise, se sacrifiant ainsi pour ne pas compromettre la survie de ses compagnons en les retardant au retour de l'expédition 'Terra Nova' au pôle Sud. Son sacrifice fut vain car tous périrent moins de 2 semaines plus tard.

    1917
    Le mystique russe Raspoutine ayant survécu à un empoisonnement au cyanure ainsi qu'à trois coups de pistolet dont un à la tête, mourut noyé enveloppé d'un sac dans le fleuve glacé 'Neva' où ses assassins l'avait jeté. La biopsie de son corps nous apprit cependant qu'il n'était pas mort par noyade mais par le froid !

    1923
    Frank Hayes, jockey, est mort d'un infarctus du myocarde durant une course hippique. Le cheval 'Sweet Kiss' gagna la course faisant de Hayes le premier jockey mort à remporter une course.

    1928
    Alexander Bogdanov, un médecin russe, lance en 1925 l'idée d’un institut spécialisé dans la transfusion sanguine, une innovation mondiale à cette époque. En mars 1928, il tente l'échange de son sang avec celui d’un étudiant. Malheureusement, ce dernier est atteint de paludisme et d'une forme bénigne de tuberculose. 15 jours plus tard, après une longue agonie qu'il observe et qu'il enregistre scrupuleusement, Bogdanov meurt.

    1943
    Le critique Alexander Woollcott décède d'un infarctus du myocarde durant une émission en direct sur Adolf Hitler.

    1951
    Le 6 septembre, Joan Vollmer, conjointe de l'écrivain américain William S. Burroughs, décède d'une hémorragie cérébrale suite à une tentative ratée par ce dernier. Ivre, William S. Burroughs aurait tenté Guillaume Tell en utilisant un revolver en lieu et place de l'arbalète du héros suisse.

    1959
    Le matin du 23 juin 1959, Boris Vian assiste à la première du film 'J'irai cracher sur vos tombes', adapté de son roman éponyme. C'est en visionnant les premières minutes de cette adaptation, qu'il désapprouvait fortement, qu'il s'effondra sur son siège. Il meurt d'une crise cardiaque en route vers l'hôpital.

    1973
    Péter Vályi, ministre des Finances hongrois, est tombé dans un haut fourneau contenant du fer fondu durant une visite des fonderies de Miskolc.

    1974
    Christine Chubbuck, une reporter américaine, se suicida durant une émission en direct dans son talk show. Elle sortit un revolver et se tira une balle dans la tête.

    1978
    Georgi Markov, un dissident bulgare, est assassiné par empoisonnement à Londres. Une personne inconnue l'aurait heurté avec un parapluie, qui lui injecta un petit morceau de métal imbibé de ricine, un poison.

    1981
    Renée Hartevelt, une étudiante néerlandaise de 25 ans habitant à Paris, a été tuée et mangée par un camarade de classe, Issei Sagawa, après que celui-ci l'eut invitée à dîner chez lui. Le tueur congela sa victime et dégusta sa chair durant trois jours avant de jeter le cadavre dans le bois de Boulogne.
    Pour lire le récit complet voir Mystères : Cannibalisme

    1983
    Tennessee Williams, écrivain américain, décède le 25 février dans sa chambre de l'Hôtel Elysée à New York, en s'étouffant avec la capsule d'un tube d'aspirine. L'abus de stupéfiants semble avoir joué un rôle dans l'ingestion du corps étranger.

    1984
    Tommy Cooper, comédien et prestidigitateur, meurt d'un infarctus du myocarde face à des millions de téléspectateurs au beau milieu de son émission 'Live from Her Majesty's'. Au début du malaise, le public a cru à une farce.

    1984
    Jon-Erik Hexum, un acteur américain, est mort après s'être tiré dessus avec un pistolet chargé avec des balles à blanc. Ce qu'il ignorait c'est que les balles à blanc utilisaient une bourre constituée de ouate de papier ou de plastique pour retenir la poudre dans la cartouche. Cette bourre est éjectée lorsque la cartouche explose, pas très violemment, mais suffisamment fortement que pour être mortelle contre le crâne d'une personne, à bout portant.

    1989
    Ole Bentzen, orthophoniste danois, est mort de rire en regardant le film 'Un poisson nommé Wanda'. Son coeur a battu entre 250 et 500 coups par minute, avant que l'homme ne succombe à un arrêt cardiaque.

    1990
    Joseph W. Burrus, prestidigitateur de 32 ans, voulut réaliser un tour de magie où il se faisait enterrer vivant dans une boîte en plastique recouverte de ciment. Le ciment écrasa le plastique et il mourut asphyxié.

    1993
    Brandon Lee, fils de Bruce Lee, a été tué durant le tournage du film 'The Crow'. Les circonstances de sa mort restent sujet à controverse. Selon certaines personnes, une arme qui devait être chargée à blanc l'a été à balles réelles par une personne mal intentionnée. Selon d'autres, son pistolet chargé à blanc s'est enrayé et a explosé, le blessant mortellement. Lors de l'accident, les autres acteurs ne se seraient pas aperçus immédiatement de sa mort, pensant qu'il était en train de jouer.

    1996
    Garry Hoy, un avocat de Toronto, voulait prouver que les vitres du Toronto-Dominion Centre étaient incassables. Il se jeta contre l'une d'elles... et passa au travers, faisant une chute de 24 étages.

    2001
    Bernd-Jürgen Brandes a été tué et mangé par Armin Meiwes.
    Après avoir eu des rapports sexuels, les deux hommes décident d'un commun accord de sectionner le pénis de Bernd-Jürgen Armando Brandes. Ils le cuisinent et le mangent ensemble. Toute la scène, qui dure plus de 9 heures, est enregistrée.
    Une fois le repas terminé, toujours avec l'accord de son hôte, Armin Meiwes le tue de plusieurs coups de couteau à la gorge. Dans sa cave, il l'étripe et découpe plusieurs morceaux de chair, dont il gardera certains au congélateur pour les manger plus tard.
    Le cannibale de Rotenbourg (Allemagne) a été blanchi du chef d'accusation de 'meurtre par plaisir sexuel', le tribunal le condamnant à 8,5 ans de prison pour avoir tué et mangé en 2001 une victime consentante qui cherchait 'l'excitation ultime'.

    2002
    Richard Sumner, artiste britannique schizophrène, se sentant inutile et à charge de la société cherche à se suicider encore et encore. Cette année là, il part dans une zone rarement visitée de la Clocaenog Forest dans le Denbighshire, au nord-est du Pays de Galles. Il se menotte lui-même à un arbre et lance la clé hors de portée. L'enquête a révélé que, ayant à nouveau changé d'état d'esprit − la crise de démence qui l'avait poussé étant passée −, il avait essayé pendant des jours de se libérer sans y parvenir. Il est mort de soif et de faim. Son squelette a été découvert 3 ans plus tard en 2005 par une randonneuse.

    2003
    - Timothy Treadwell était un écologiste passionné par les ours. Il s'est fait connaître en allant vivre chaque été avec les grizzlis dans le parc naturel du 'Katma' en Alaska. Il en rapporta d'ailleurs des documentaires décalés et controversés. Lui et sa compagne Amie Huguenard sont morts tués et partiellement dévorés par un ours en 2003.
    - Hitoshi Christopher Nikaidoh, un chirurgien américain, a été décapité quand il monta dans un ascenseur à l'Hôpital Saint-Joseph Christus à Houston. Selon un témoin à l'intérieur de l'ascenseur, les portes de l'ascenseur se sont fermées quand Nikaidoh est entré, la tête piégée à l'intérieur de l'ascenseur, le reste de son corps encore à l'extérieur. Celui-ci a été retrouvé au fond de la cage d'ascenseur tandis que la partie supérieure de sa tête, coupée juste au-dessus de la mâchoire inférieure, a été retrouvée dans l'ascenseur.

    2005
    Kenneth Pinyan, ingénieur, meurt des suites d'une sodomie zoophile avec un étalon qui lui a perforé le colon. Son cas, connu sous le nom de 'Enumclaw horse sex case' a entraîné la création d'une loi dans l'État de Washington punissant la zoophilie.

    2007
    Jennifer Strange, une femme de 28 ans habitant Sacramento, est morte intoxiquée en cherchant à gagner une console de jeux Wii à un jeu organisé par une radio. Elle devait boire de grosses quantités d'eau sans uriner. Elle a fini en seconde position !

    2009
    L'acteur David Carradine est retrouvé pendu dans la penderie de sa chambre d'hôtel. D'après certaines rumeurs à confirmer, il aurait recherché les effets de l'asphyxie érotique et le jeu sexuel aurait mal tourné.

    2010
    - Le docteur Sacha Baricevic, un médecin de la bonne société slovène, est retrouvé le corps affreusement déchiqueté, dévoré par ses trois chiens bullmastiffs, auxquels il faisait depuis longtemps subir des sévices sexuels. Selon les sources policières, le médecin, à l'arrivée des secours, était entièrement nu, un godemiché attaché autour du corps.
    - Mike Edwards, violoncelliste au sein du groupe rock Electric Light Orchestra, meurt d'une collision entre sa voiture et une balle de foin de 600 kg dévalant une colline.
    - Jimi Heselden, le propriétaire et fabricant des véhicules Segway, est mort suite à l'utilisation d'un de ces véhicules. Il serait tombé d'une falaise lors d'une promenade à bord d'un Segway.

    2011
    Philip A. Contos se tue à moto alors qu'il défile sans casque lors d'une manifestation contre le port obligatoire du casque dans l'état de New-York. Les médecins ont indiqué qu'il aurait sans aucun doute survécu s'il avait porté son casque sur la tête !!!

    2012
    Uroko Onoja un businessman nigérien d'une trentaine d'année, est mort après avoir été violé par ses six femmes, dans la province d'Ogbadibo . Son calvaire débute mardi 24 juillet à trois heures du matin précise alors qu'il est avec sa plus jeune épouse. Ses autres femmes, jalouses, décident de les rejoindre et font donc irruption dans la chambre. Menaçantes, munies de couteaux et bâtons, elles entourent leur conjoint, le jeune homme tente de s'échapper mais ses épouses le maitrisent. Elles le contraignent à avoir des relations sexuelles avec chacune d'entre elles. Il débute son périple avec la plus jeune. Mais lorsque c'est au tour de la cinquième, Uroko ne peut plus continuer. Il fait un arrêt cardiaque. Ses épouses tentent de le ranimer mais en vain. Uroko Onaja est mort.

    2015
    Peng Fan, un chef cuisinier d'un restaurant de Foshan, en Chine est mordu à la main par la tête d'un cobra. Le chef venait de décapiter l'animal pour une soupe, mais alors qu'il attrapait la tête pour la jeter à la poubelle une vingtaine de minutes plus tard, la tête de l'animal – dans un dernier réflexe – a mordu l'homme à la main. La morsure a provoqué paralysie et asphyxie et le cuisinier est décédé avant que l'anti-venin ne puisse lui être injecté. Il est parfaitement possible que la tête était toujours vivante au moment où Peng Fan l'a attrapée, explique un expert, ajoutant que les reptiles peuvent encore faire preuve de réflexes nerveux jusqu'à une heure après la décapitation.


  • DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

    Lettres à Enigmes
    Pour info... Envois limités à 5 ou 6 lettres par année

    Inscription

    Désinscription


    Boîte à Enigmes
    Enigme 01 : Enigme 02 : Enigme 03 : Enigme 04 : Enigme 05 : Enigme 06 : Enigme 07 : Enigme 08 : Enigme 09 : Enigme 10 : Enigme 11 : Enigme 12 : Enigme 13 : Enigme 14 : Enigme 15 : Enigme 16 : Enigme 17 : Enigme 18 : Enigme 19 : Enigme 20 : Enigme 21 : Enigme 22 : Enigme 23 :




    ^ Haut ^

      GuppY v4.5.19 © 2007-2015 - Licence Libre CeCILL