Texte à méditer :   Le monde de la réalité a ses limites ; le monde de l'imagination est sans frontières.   Dr. Seuss

Les sphères de Klerksdorp



Depuis le milieu des années 1970, des mineurs extraient d'une mine d'argent en Afrique du Sud, la « Wonderstone Silver Mine » près d'Ottosdal, d'étranges sphères métalliques. Ces sphères ont un diamètre qui varie de 0,5 à 10 cm. Une ou plusieurs rainures concentriques entourent certaines des sphères, les partageant en deux hémisphères égaux.
Certains géologues déclarent qu'elles seraient de simples nodules de pyrophyllite* dus à l'érosion naturelle. Cependant ces chercheurs ne s'expliquent pas la présence de rainures comme si ces sphères avaient été usinées. D'autres pensent qu'elles seraient constituées d'un alliage de nickel et d'acier. Cet alliage n'existe pas à l'état naturel sur terre et serait donc le résultat d'une fusion de ces métaux en industrie sidérurgique !!!! Cet alliage de nickel et d'acier correspondrait à un superalliage comme on en trouve aujourd'hui notamment dans les turbines des moteurs d'avions, les turboréacteurs.

*pyrophyllite : Très semblable au talc, la pyrophyllite possède une certaine aptitude à se débiter en feuillets, d'où l'origine de son nom issu de deux mots grecs : pyros > feu et phullon > feuille.


Datation des sphères

Ces sphères sont extraites d'une formation rocheuse de pyrophyllite et se trouvent à une profondeur d'extraction correspondant à un niveau géologique évalué aux alentours de 3 milliards d'années > Précambrien. Par comparaison, l'âge de la terre est évalué à 5 milliards d'années. Si ces sphères métalliques se révèleraient être des artefacts*, on comprend alors que cette datation mettrait en causes les théories actuelles de l'évolution darwiniste. Autrement dit, ces sphères semblent artificielles mais la couche rocheuse où elles ont été trouvées correspond à une ère géologique où aucune forme de vie intelligente n'était présente !!!

*artefact : Objet façonné par l'homme et découvert lors de fouilles archéologiques.
*Darwin Charles : Selon ce naturaliste (1809-1882), l'évolution se fait par sélection naturelle. En d'autres termes, ce sont les organismes les mieux adaptés à leur environnement, grâce à de nouvelles mutations aléatoires, qui survivent et transmettent leurs gènes. Ainsi, les caractères avantageux se répandent de plus en plus dans une population, au fil des générations, et modifient parfois les caractéristiques d'une espèce au point d'en créer une nouvelle.


Description des sphères



200 sphères ont été retrouvées. Toutes ont un diamètre compris entre 0,5 et 10 cm.
Ces sphères peuvent être divisées en deux types :
- Les premières sont lisses et quasiment sphériques de couleur bleue ou brune et qui correspondent beaucoup à des artefacts. L'intérieur est creux avec une substance spongieuse qui se désintègre au contact de l'air. Plusieurs d'entres elles comportent plusieurs lignes parallèles et concentriques comme si elles avaient été usinées. D'autres se présentent même sous la forme de deux coques hémisphériques qui semblent soudées entre elles.
- Les deuxièmes sont plus rugueuses et informes enfermées dans une gangue rocheuse. L'intérieur est plein et ressemble à une roche métallique.


Naturelles ou pas ?
- 1ère théorie > Divers géologues professionnels dont Paul V. Heinrich et Bruce Cairncross s'accordent à dire que les sphères de Klerksdorp sont à l'origine des concrétions qui se sont formées dans des sédiments volcaniques, des cendres ou les deux, après s'être accumulées il y a 3 milliards d'années. Heinrich soutient que les nodules de wollastonite se sont formés par le métamorphisme de concrétions carbonatées en présence de fluides riches en silice générés lors du métamorphisme des dépôts volcaniques les contenant en pyrophyllite. Tant Cairncross que Heinrich soutiennent que les rainures présentées par ces concrétions sont d'origine naturelle. Les rainures représentent des lamelles à grain fin au sein desquelles les concrétions se sont développées.

- 2ème théorie > Les sphères de Klerksdorp ne peuvent pas être d'origine naturelle puisque leurs coques sont formées d'un alliage d'acier et de nickel impossible à trouver à l'état naturel dans la nature.
De plus, en raison de l'apparente contradiction entre l'âge de la couche géologique dans laquelle les sphères ont été trouvées et leur modernité présumée, grand nombre de spécialistes dont les enquêteurs Michael Cremon et Richard Tompson pensent que les sphères appartiennent à une civilisation technologique avancée, éteinte il y a des milliards d'années, lorsque la roche qui les contenait a commencé à se solidifier.

  



Alors, que faut-il en penser... à vous de juger !


Date de création : 13.08.2021 » 10:05
Catégorie : - Mystères
Page lue 160 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !