Texte à méditer :  La réalité doit beaucoup à l'imagination.  L. Frank Baum

Le diamant Hope, la pierre maudite

Rare et précieux, ce diamant de 45 carats a la réputation d'être maudit. Depuis sa découverte, il aurait porté malheur à tous ses propriétaires. Légende ou réalité ?



Nous sommes en 1668. Jean-Baptiste Tavernier – grand voyageur et pionnier français du commerce avec l'Inde – rentre de son sixième voyage avec une cargaison d'objets précieux, de bijoux, de perles et de 1083 diamants.
Louis XIV, Roi de France, lui acheta le tout pour la somme de 900 000 livres. Parmi cette cargaison se trouvait un gros diamant de 112 carats*. Fasciné par son bleu profond, Louis XIV décide de le faire tailler par Jean Pitta, un des plus grands orfèvres de l'époque. Grossièrement taillé en triangle, le diamant brut de 112 carats passa à 67 carats. Il le fit alors monté en broche et plus tard la ferait sertir d'or et ajouter à un collier de cérémonie. Et c'est ainsi que ce diamant appelé « Diamant Bleu de la Couronne » demeura sous l'égide de la royauté et connut bien de transformations au fil des générations. Louis XV la fit incruster dans un insigne des plus élaborés pour sa Toison d'Or. Les autorités confisquèrent le diamant à son petit-fils, Louis XVI, alors que celui-ci tentait de fuir Versailles. Le diamant Hope se volatilisa pendant de nombreuses années à la suite d'un pillage en 1792. Mais il refit son apparition à Londres, où de nouveau, et peut-être inéluctablement, il fut acquis par la Couronne britannique sous le règne de George IV.

*Il reste à ce jour le plus gros diamant bleu jamais découvert.


La pierre maudite !
La malédiction se manifeste pour la première fois lors du règne de Louis XVI et Marie Antoinette, les propriétaires du joyau. En 1792 lors de la Révolution Française, la famille royale est emprisonnée et la monarchie abolie. Tous deux sont condamnés et guillotinés.
En 1792, le diamant est alors dérobé lors du vol des joyaux de la Couronne de France.
Une vingtaine d'années plus tard, on retrouve miraculeusement à Londres un diamant bleu de 45 carats qui répond au nom de « Hope » du nom d'un riche banquier, Henry Philip Hope, avec une toute nouvelle forme. Durant 16 ans, le joyau passe de propriétaires en propriétaires. Parmi eux, on retrouve un certain Jacques Colot qui connaît une fin tragique puisqu'il se suicide peu de temps après l'avoir acheté. Le joyau passe ensuite dans les mains d'Ivan Kanitovitch, un prince russe, découvert assassiné. Il réapparaît en 1908, chez le sultan turc Abdul Hamid, qui est renversé par un coup d'État puis, la même année, chez le marchand grec Simon Montharides, qui se tue dans un tragique accident de voiture qui aura également couté la vie de sa femme et sa fille.
Le diamant quitte le continent et traverse l'Atlantique pour tomber entre les mains de la riche famille américaine : les McLean. Mais la malédiction ne s'interrompt pas : le fils des McLean se donne la mort dans un accident de voiture et la soeur décède des suites d'une surdose de drogue. Quant au couple, la femme Evalyn, décède à l'âge de 60 ans d'une raison qu'on ignore tandis que son mari, Ned, termine ses jours dans un asile où il meurt en 1947. Très convoité, le « Hope » est finalement racheté en 1948 par le célèbre bijoutier Harry Winston qui décide d'en faire don au Smithsonian, le musée national d'histoires naturelles de Washington.


Un mystère dévoilé
Le mot « malédiction » n'a pas de place dans le vocabulaire des scientifiques. Les experts veulent une explication rationnelle. Récemment, certains experts ont révélé les propriétés extraordinaires et déconcertantes de la pierre et ont peut-être percé le mystère. Retiré de sa vitrine au musée, le diamant a été placé sous une lampe ultraviolette. Une fois la lumière éteinte, la gemme émet une lueur rouge très intense. D'après les scientifiques, c'est la présence de « bore » (élément atomique 5, extrêmement toxique pour l'homme et les animaux, nuisible au développement des foetus) qui permet cet effet. Mieux encore, on a découvert que d'autres diamants bleus posséderaient un éclat similaire qui perdure jusqu'à 28 secondes. Mais le « Hope »est unique car il est le seul à pouvoir dévoiler autant d'éclat. En plus de sa valeur inestimable, sa réputation de malédiction le rend encore plus fascinant !

  

Alors légende ou réalité...
A vous de juger !


Date de création : 27.11.2022 » 16:17
Catégorie : - Légendes urbaines. Rumeurs
Page lue 112 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !