Texte à méditer :   Le bleu profond attire l'homme vers l'infini, il éveille en lui le désir de pureté et une soif de surnaturel.   Vassily Kandinsky

Tchin-tchin

Vous connaissez sans doute l'histoire de cet industriel qui après avoir signé un important contrat en Chine, honore ses hôtes en sabrant le champagne et en lançant à l'assemblée un bruyant : « Tchin-tchin ». Le responsable de la délégation chinoise, après quelques secondes d'hésitations, lève son verre à son tour en criant : « France ! France ! ».
C'est ainsi que Tchin-tchin est devenu synonyme de trinquer. Pourtant quand on y regarde bien, il y a là une bizarrerie... La prochaine fois que vous serez en tête à tête au restaurant, trinquez avec votre partenaire ! Et écoutez le bruit ! Ça fait Tchin et non Tchin-tchin ! Il manque donc un Tchin ! Quel est donc ce mystère ?
Que je vous l'explique... Au Moyen Age, l'empoisonnement dans la boisson et dans la nourriture était une pratique fort répandue dans certains milieux. Echanger un peu de son breuvage avec quelqu'un était donc en ces temps dangereux un signe de confiance mutuelle. Les verres en matières solides tel que l'argent, l'étain, le fer ou le bois étaient remplis à ras bord de bière ou de vin. L'apéritif n'existait pas ! L'un des 2 buveurs commençait à cogner avec force son verre contre l'autre de telle façon qu'une partie du liquide s'échappe et atteigne l'autre verre d'où un « 1er Tchin ». Le second buveur lui rendait bien sûr la politesse avec un « 2ème Tchin ». Avec le temps, la confiance entre buveurs est revenue, on ne trinque maintenant qu'une seule fois et sans brutalité.


Date de création : 01.01.2023 » 16:41
Catégorie : -
Page lue 36 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !