Texte à méditer :   Le bleu profond attire l'homme vers l'infini, il éveille en lui le désir de pureté et une soif de surnaturel.   Vassily Kandinsky

Les enfants verts de Woolpit



Le village de Woolpit est situé dans le comté du Suffolk, à environ 11 km à l'est de la ville de Bury St Edmunds. Durant l'époque médiévale, il relève de l'abbaye de Bury St Edmunds, et se situe au coeur d'une des régions les plus peuplées de l'Angleterre rurale.


Histoire
Pour s'intéresser à cette histoire, il faut se plonger au coeur du Moyen Âge, au milieu du XIIe siècle, dans la campagne anglaise. Woolpit est un petit village de l'Est du pays, à 60 kilomètres de Cambridge. Comme partout à cette époque, les habitants du bourg vivent essentiellement de l'agriculture et de l'élevage. C'est en pratiquant ces activités que quelques villageois aperçoivent deux enfants inconnus, apparemment frère et soeur, non loin d'une fosse à loup. Ils ont la peau verte, sont vêtus de vêtements étranges et parlent une langue inconnue. Les enfants sont conduits au manoir de Sir Richard de Calne of Wykes, un manoir situé à une dizaine de kilomètre du village de Woolpit. Les enfants refusèrent toute nourriture durant plusieurs jours, jusqu'à ce qu'on leur propose des fèves crues. Mais avec le temps, ils apprirent peu à peu à se nourrir normalement, et finirent par perdre leur couleur verte. Le garçon, apparemment le plus jeune des deux, tomba malade et mourut peu de temps après.



Au cours des années qui suivirent, l'aînée apprit peu à peu l'anglais et put alors décrire l'endroit d'où ils venaient son frère et elle. Un pays sans soleil dit le « pays de Saint Martin » où brillait en permanence une lumière crépusculaire et où tout y était vert les habitants y compris. Elle expliqua que son frère et elle gardaient le bétail de leur père. Et c'est en rassemblant le bétail et en allant rechercher une partie qui s'était aventurée dans des grottes qu'ils s'y seraient égarés et auraient émergés en Angleterre guidés par un son de cloches. Les cloches de l'abbaye de Bury St Edmunds située à proximité de Woolpit !!!

Baptisée Agnès, la jeune fille entre au service de la maisonnée de Richard de Calne, où son comportement est considéré comme « fort licencieux et impudent ». Elle aurait par la suite épousé un homme de King's Lynn, une ville située à une soixantaine de kilomètres de Woolpit.


Légende populaire ou fait réel ?
L'histoire des enfants verts de Woolpit n'est mentionnée que dans deux sources médiévales : « Chronicon Anglicanum » de Raoul de Coggeshall († vers 1226) et « Historia rerum Anglicarum » de William de Newburgh († vers 1198)
Cependant aucun des auteurs n'en fut un témoin direct : Raoul de Coggeshall affirmait tenir l'histoire de Sir Richard de Calne (qui aurait donné refuge aux enfants), tandis que William de Newburgh disait s'être basé sur des « écrits provenant de plusieurs sources fiables ». Il est donc difficile de déterminer si l'histoire est authentique, et quelle est la part de légendaire dans les récits qu'en ont fait ces auteurs médiévaux.

Au fil des siècles, de nombreuses articles ont été avancées pour expliquer cette étrange histoire des Enfants Verts de Woolpit.
Ainsi dans un article écrit par Paul Harris dans Fortean Studies 4 (1998),il évoque le fait que les parents des enfants verts serait des Flamands de Fornham St Martin (le « pays de Saint-Martin » évoqué par un des enfants), un village au nord de Bury St Edmunds abritant une communauté de migrants d'origine flamande. Migrants qui seront largement persécutés après l'avènement de Henri II en 1154. Il est donc possible que les parents ait été tués lors d'une émeute et que les enfants se seraient enfouis jusqu'à Woolpit. Désorientés, vêtus à la flamande, ces enfants auraient constitué alors un spectacle pour le moins étonnant aux yeux des villageois.
Par contre cette hypothèse, ne tiendrait pas la corde, car un personnage éduqué comme Sir Richard de Calne of Wykes (personnage qui aurait donné refuge aux enfants), aurait certainement reconnu du flamand dans la langue étrange parlée par les deux enfants.

Dans un article publié en 1996 dans le magazine Analog, l'astronome Duncan Lunan fait de ces enfants des extraterrestres ou des habitants d'un monde souterrain. L'idée serait qu'ils auraient été accidentellement envoyés sur la terre à Woolpit à la suite du dysfonctionnement d'un « transmetteur de matière » sur leur planète d'origine. Celle-ci pourrait être piégée dans une orbite synchrone autour de son soleil, rendant la vie impossible ailleurs que sur une mince bande entre la surface constamment exposée au soleil et celle constamment dans l'ombre (ceci expliquant la lumière crépusculaire évoquée par les enfants). Leur couleur de peau serait alors due à la consommation de plantes extra-terrestres génétiquement modifiées.


En conclusion
Si l'on ne connaîtra fort probablement jamais les faits réels qui se cachent derrière cette histoire, elle a inspiré et inspirera encore de nombreux romans et poèmes, opéras et pièces de théâtre à travers le monde. Et elle continuera aussi de captiver l'imagination de nombreux esprits curieux.

  

Alors, légende populaire ou fait réel
A vous de juger !


Date de création : 28.08.2023 » 10:12
Catégorie : - Légendes urbaines. Rumeurs
Page lue 529 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !