En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
   Tout cela n'est rien comparé à ce que je vois dans ma tête !   M.C Escher
   La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous emmènera où vous voulez.   Albert Einstein
   La preuve qu'il existe une forme d'intelligence extraterrestre est qu'elle n'a pas essayé de nous contacter.   Bernard Werber
   Le bleu profond attire l'homme vers l'infini, il éveille en lui le désir de pureté et une soif de surnaturel.   Vassily Kandinsky
   L'imagination est l'oeil de l'âme.   Napoléon Bonaparte
   Le monde de la réalité a ses limites ; le monde de l'imagination est sans frontières.   Dr. Seuss
  La réalité doit beaucoup à l'imagination.  L. Frank Baum
   La logique est le dernier refuge des gens sans imagination.   Francis Bacon
   Les gens sans imagination ont besoin que les autres mènent une vie régulière.   Joseph Joubert
  L'énigme vient aussi du voeu d'être percée.  Alexandra David-Néel
   Les OVNI sont des hallucinations collectives provoquées par des extraterrestres.   Jacques Bergier
   Je serai toujours là.   E.T.
Histoires
Enigmes
Au hasard de l'insolite

Histoire
Une expérience macabre

une expérience macabre

Enigme
La chasse aux lettres

la chasse aux lettres

Histoire
Sacrifices humains

sacrifices humains

Histoire
Le pont d'Overtoun

le pont d'Overtoun

Histoire
Rencontre avec un OVNI

rencontre avec un OVNI

Illusion artistique
Interprétation

interprétation

Illusion géométrique
Illusion de couleurs

illusion de couleurs

Enigme
Navire en feu

navire en feu

Enigme
Le nain voleur d'or

le nain voleur d'or

Histoire
Une vie après la mort

une vie après la mort

BigrementBon

banniere_bigrementbon.png

A vendre, cinq shillings, ma femme, Jane Flebbarcl. Elle est bien bâtie, ferme sur ses pattes, une vraie poutre maîtresse. Elle sème et elle récolte, elle laboure et mène ses hommes, et elle tiendrait tête à n'importe quel gaillard qui tient les rênes serrées, parce qu'elle est butée comme un âne et que c'est une sacrée forte tête ; mais bien menée, elle serait douce comme un agneau. Il lui arrive de commettre des faux pas. Son mari s'en sépare parce qu'elle est trop pour lui.
N B : Tous ses vêtements seront donnés avec elle.

Leeds Mercury, gazette régionale, 7 juin 1879

  


Selling a Wife (1812–1814), de Thomas Rowlandson


Non, ce n'est pas une blague, mais bien une coutume observée en Angleterre à la fin du 17ème et jusqu'au début du 20ème siècle !!!
La vente était annoncée à l'avance par voie de publicité dans la gazette locale. Elle prenait la forme d'une vente aux enchères, souvent lors d'un marché. La femme y était menée par un licol généralement une corde mais parfois un ruban, attaché autour de son cou, de sa taille ou de son bras. Le prix pouvait varier entre un verre de bière et 100 £ soit 13 000 € aujourd'hui !
La vente d'une épouse permettait de mettre fin, par consentement mutuel, à un mariage insatisfaisant, le divorce n'étant accessible qu'aux plus riches.

Cette coutume, qui à l'heure actuelle peut choquer, peut se justifier et sembler moins barbare qu'elle n'y paraît. Tout d'abord, dans l'Angleterre de l'époque, ainsi que partout en Europe, on se mariait par obligation, convenance ou filiation, mais jamais par amour. Une fois attachée à l'époux, la femme devenait pour son mari un bien comme un autre, sans droits ni possession. L'époux en échange, devait répondre aux besoins de sa femme.
Aujourd'hui, si mésentente il y a, les gens divorcent. Mais à l'époque géorgienne, on ne pouvait divorcer qu'en cas d'adultère avéré ou de violences cruelles et répétées. Et qui plus est, divorcer coûtait cher. Il restait donc comme solution pour les pauvres gens malheureux en amour : la fuite ou la vente aux enchères !
Une solution qui arrangeait aussi bien l'homme que la femme. D'ailleurs la vente ne pouvait se faire que par consentement mutuel. En général, l'époux y recourait parce qu'il avait besoin de liberté ou d'argent. Quant à la femme, il s'agissait d'échapper à la brutalité, l'alcoolisme ou la pauvre naissance de son mari. Et oui, une vente permettait souvent à la femme de s'élever socialement en étant achetée par un mari plus âgé, plus riche et de meilleure condition.


Date de création : 08.09.2019 » 08:53
Catégorie : Histoires - Bizarre
Page lue 402 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !