En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
   Tout cela n'est rien comparé à ce que je vois dans ma tête !   M.C Escher
   La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous emmènera où vous voulez.   Albert Einstein
   La preuve qu'il existe une forme d'intelligence extraterrestre est qu'elle n'a pas essayé de nous contacter.   Bernard Werber
   Le bleu profond attire l'homme vers l'infini, il éveille en lui le désir de pureté et une soif de surnaturel.   Vassily Kandinsky
   L'imagination est l'oeil de l'âme.   Napoléon Bonaparte
   Le monde de la réalité a ses limites ; le monde de l'imagination est sans frontières.   Dr. Seuss
  La réalité doit beaucoup à l'imagination.  L. Frank Baum
   La logique est le dernier refuge des gens sans imagination.   Francis Bacon
   Les gens sans imagination ont besoin que les autres mènent une vie régulière.   Joseph Joubert
  L'énigme vient aussi du voeu d'être percée.  Alexandra David-Néel
   Les OVNI sont des hallucinations collectives provoquées par des extraterrestres.   Jacques Bergier
   Je serai toujours là.   E.T.
Histoires
Enigmes
Au hasard de l'insolite

Histoire
Une expérience macabre

une expérience macabre

Enigme
La chasse aux lettres

la chasse aux lettres

Histoire
Sacrifices humains

sacrifices humains

Histoire
Le pont d'Overtoun

le pont d'Overtoun

Histoire
Rencontre avec un OVNI

rencontre avec un OVNI

Illusion artistique
Interprétation

interprétation

Illusion géométrique
Illusion de couleurs

illusion de couleurs

Enigme
Navire en feu

navire en feu

Enigme
Le nain voleur d'or

le nain voleur d'or

Histoire
Une vie après la mort

une vie après la mort

BigrementBon

banniere_bigrementbon.png


Nous sommes le 10 août 1901 dans l'après-midi. Annie Moberly principale du collège de St. Hugh's Hall, troisième collège féminin de l'Université d'Oxford (Royaume-Uni) et Eleanor Jourdain vice-principale du même collège visitent le château de Versailles puis le parc.




Le Petit Trianon*

Alors qu'elles dépassent le Grand Trianon et cherchent à gagner le Petit Trianon, elles aperçoivent sur le seuil d'une porte une femme qui secoue une nappe blanche. A côté une charrue et d'autres outils semblent abandonnés1. Plus loin, deux hommes coiffés de tricornes et vêtus de longs manteaux vert-de-gris, bêches à la main, se tiennent près d'une brouette2 : des jardiniers pensent-elles. Les deux misses leur demandent leur chemin : ils leur répondent de continuer tout droit.
Le temps est couvert et orageux. L'atmosphère se fait pesante. Les deux visiteuses ressentent une impression grandissante d'inquiétude mais aucune ne fait part de son sentiment à l'autre. Le paysage devient irréel semblable à une tapisserie.
Un homme assis sur les marches d'un petit kiosque tourne la tête à l'approche des deux dames : son visage est vérolé, sinistre et repoussant3. C'est alors qu'un autre homme, cheveux bouclés sous un chapeau à larges bords et enveloppé dans une cape noire arrive en courant et leur dit : Mesdames, il ne faut pas passer par ici mais par là, il faut tourner à droite. Cherchez la maison4. Les visiteuses arrivent près d'une petite maison aux volets clos : sur la pelouse une dame semble lire ou dessiner. Ses cheveux sont blonds et elle est coiffée d'un chapeau de paille blanc. Elle est vêtue d'une robe drapée et un fichu vert tombe sur ses épaules5. Les deux femmes poursuivent leur chemin et arrivent à la hauteur de la maison suivante. Une porte s'ouvre, en sort un jeune homme qui leur donne l'impression d'être un serviteur6. Elles veulent s'excuser, pensant être sur une propriété privée, mais l'homme les mène jusqu'au Trianon proche où elles sont brusquement environnées par une noce.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là : miss Jourdain retournera seule à deux reprises sur les lieux. Le 2 janvier 1902, elle voit deux hommes vêtus de tuniques qui remplissent une charrette de fagots. Elle entend aussi des voix de femmes alors que retentit une étrange musique7.
Le 12 septembre 1908, elle assiste à la dispute entre deux femmes.

*Le Petit Trianon : Cet élégant bâtiment à la grecque fut réalisé par l'architecte Jacques Ange Gabriel entre 1762 et 1768 à la demande du roi Louis XV qui le destinait à sa favorite madame de Pompadour. Puis madame du Barry l'occupera avant que Louis XVI n'en fasse don à Marie-Antoinette.


Petit complément : Des analogies troublantes
Des recherches menées sur l'aventure des deux anglaises montrent les points suivants :
- 1 Il n'y avait pas de charrue à Trianon en 1901
- 2 Les gardes du XIIIe siècle portaient bien des tenues vertes, ce n'étaient donc pas des jardiniers !
- 3L'homme au visage vérolé serait le comte de Vaudreuil.
- 4L'homme qui courait et parlait de la « maison » : or la reine Marie-Antoinette (1755-1793) appelait le Petit Trianon sa 'maison de Trianon'.
- 5La dame assise sur la pelouse évoque le portrait de Marie-Antoinette peinte en 1788 par Aldolf Ulrik Wertmüller.
- 6La porte de la chapelle par laquelle sortit le jeune homme n'avait pas été ouverte depuis 1892.
- 7La musique entendue par Eleanor Jourdain en 1902 serait caractéristique des partitions composées en 1780.


Que faut-il en penser... à vous de juger !


Date de création : 10.11.2019 » 09:12
Catégorie : - Mystères
Page lue 357 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !